ZATO ICHI MORT OU VIF

Titre: Zatôichi senryô-kubi
ou: Zato Ichi VI
Réalisateur:  
Interprètes: Shintaro Katsu (Zatoichi)

 

Tomisaburo Wakayama (Jushiro)
Shogo Shimada
Mikiko Tsubouchi
Machiko Hasegawa
 
Année: 1965
Genre: Chambarra
Pays: Japon
Editeur Wild Side
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

70%

Résumé:

Le masseur aveugle Zatôichi se rend dans le village Itakura pour se recueillir sur la tombe d'un homme qu'il a tué dans des circonstances troubles, plusieurs années auparavant. Il est alors accusé, à tort, du vol de l'or destiné à payer les impôts de la communauté. Obligé de fuir, il trouve comme compagnon d'infortune un vieil ami, le chef yakuza Chuji, considéré comme complice du forfait. Pour prouver leur innocence, les deux hommes vont ruser et démêler les fils d'une machination complexe où prend part un redoutable et énigmatique personnage, le samouraï Jushiro.

 

Critique:

Il s'agit du sixième épisode de la prolifique série (26 volets au total), laquelle s'oriente peu à peu vers le divertissement de qualité. La violence très bande dessinée préfigure les futurs débordements gore des "Baby Cart".

La trâme générale est simple mais les rebondissements nombreux et complexes: on y décèle l'influence prépondérante du western spaghetti. Les duels campagnards, l'affrontement final, les passages où Zatoichi est malmené par les villageois rappellent l'influence des séries B italiennes.

Le film introduit également un doute quant à la cécité du masseur qui, peut-être, serait simulée comme en témoigne certains passages. Mais il est difficile de trancher sur le sujet car des points clés ne tiennent pas si Zatoichi simule son handicap et d'autres paraissent peu crédible dans le cas contraire. Sans s'apesantir sur le sujet, disons que le film constitue de toute façon une agréable série B qui contentera les fans de chambarra.

Les combats, quoique brefs et secs, sont nombreux, les considérations sur l'honneur et la loyauté - indissociables du genre - bien dépeintes et l'intrigue possède assez de twists pour maintenir l'attention. Malgrè quelques faiblesses à mi-film, ce sixième épisode demeure tout à fait correct et se suit sans ennui.