ZATO ICHI - LA FUREUR DU MANCHOT

Titre: Zato Ichi Meets The One Armed Swordsman
ou: Shin Zatoichi: Yabure! Tojin-ken
ou: The Blind Swordsman meets his equal
ou: Zato Ichi 22: Zato Ichi Meets his Match
Réalisateur: Kimiyoshi Yasuda
Interprètes: Shintaro Katsu

 

Jimmy Wang Yu
 
 
 
 
 
Année: 1971
Genre: Chambara meets Wu Xia Pian
Pays: Japon
Editeur Wild Side
Violence: * * *
Erotisme: *
Suite: Zatoichi 23 - Zatoichi at large

60%

Résumé:
Venu trouver la paix au Japon et désireux de perfectionner son art, le Sabreur Manchot Fang Gang croise la route de paysans chinois massacrés par les soldats du Shogun. Le seul survivant, un jeune garçon, est recueilli par le masseur aveugle Zatoichi. Une suite de manipulations, de trahisons et d'incompréhensions va amener les deux héros à s'affronter.
Critique:

Etrange confrontation que celle qui oppose les deux plus célèbres héros handicapés du cinéma martial, à savoir Zatoichi et Fang Gang. Le premier est une star du chambara, héros de 26 longs-métrages où il fut incarné par le posé Shintaro Katsu. Le second est le personnage emblématique du Wu Xia Pian, un Sabreur Manchot joué par Jimmy Wang Yu qui reprendra encore souvent ce rôle (où des variations de celui-ci) dans des productions diverses comme One Armed Swordsmen, La Vengeance de l'Homme à un Seul Bras, One Armed Chivalry Fight One Armed Chivalry ou les dérivés mettant en scène le Boxeur Manchot.

Cette 22ème aventure de Zatoichi permet au Masseur Aveugle de rencontrer le Sabreur Manchot, lesquels, gênés par la barrière des langues, ne parviendront jamais à se comprendre. Cette opposition typique du cinéma martial entre les Japonais et les Chinois débouche sur un titre lent et mélancolique, qui s'apparente bien davantage à un Zatoichi qu'à un épisode du Sabreur Manchot. Le spectateur qui s'attend à un délire sanguinaire à la Chang Cheh sera donc légitimement déçu à la vision de cet étrange long métrage, lequel refuse même la plupart des combats attendus. Deux fins furent pourtant tournées, chacune voyant la victoire d'un des deux "héros" pour ne pas froisser les susceptibilités nationales des spectateurs pour lesquels Zatoichi et Fang Gang sont de véritables icônes. Les deux personnages sont manipulés et forcés à s'affronter alors qu'ils n'éprouvent pas de haine l'un vis-à-vis de l'autre et le cinéaste invite à davantage de tolérance pour répondre au nationalisme et au racisme, renvoyant dos à dos Chinois et Japonais.

La plupart des séquences attendues d'un épisode de Zatoichi sont présentes (comme celle de la maison de jeu) alors que les affrontements sont rapides et chorégraphiés de manière brute et sommaire. Le film est donc davantage un drame ponctué de passages martiaux sanguinaires qu'une simple succession de joutes violentes. Un authentique message pacifique, une certaine tristesse et un humanisme affirmé contrebalancent donc d'indéniables longueurs et un ton général plutôt lent.

Il faudra dons se placer dans l'état d'esprit adéquat pour apprécier pleinement cette oeuvre qui, sans être inintéressante, n'en reste pas moins un brin décevante.