L'EMPREINTE DE LA MORT

Titre: Wake of Death
Réalisateur: Philippe Martinez
Interprètes: Jean Claude Van Damme

 

Simon Yam
Philip Tam
Valerie Tian
Claude Hernandez
Tony Schiena
Lisa King
Année: 2004
Genre: Polar d'action
Pays: USA
Editeur  
Violence: * * * *
Erotisme: * *
Suite:  

70%

Résumé:

Ben Archer, un videur de boite de nuit travaillant pour un mafieux marseillais exilé aux USA voit sa femme Cynthia assassinée. Elle a en effet eu le malheur de recueillir la petite chinoise Kim, laquelle fuit son père, le redoutable chef des triades Sun Quan. Ben va devoir faire le ménage

Critique:

Depuis le temps que Jean Claude Van Damme annonce qu'il va remonter la pente, tourner de meilleurs films et améliorer son jeu, on finissait par se dire que le come-back n'aurait finalement jamais lieu. Car, excepté de fort honnêtes collaborations entre Mr Muscles From Bruxelles et Ringo Lam, il faut avouer que sa carrière ne suivait clairement pas la bonne direction depuis…eh bien depuis longtemps!

Disons que depuis le milieu des années 90, Jean Claude s'est beaucoup fourvoyé au point de complètement dilapider son statut d'action star gagnée à coup de BLOODSPORT, de KICKBOXER et de TIME COP (pour ne parler que des meilleurs films de cette époque). Après le désastreux intermède Tsui Hark et de trop nombreux direct-to-video interchangeables, seuls Ringo Lam parvint à sauver ce qui restait de notre cher Van Damme au travers de trois films tout à fait honnêtes (RISQUE MAXIMUM, REPLICANT et IN HELL).

C'est à nouveau Lam qui devait diriger l'ancienne star belge dans ce nouveau polar hard-boiled. Mais, finalement, il fut remplacer par Philippe Martinez compétent si ce n'est transcendant. WAKE OF DEATH est donc, à l'arrivée, un bon film d'action qui, sans être exempt de nombreux défauts, s'avère agréable à suivre. Principal problème du métrage, tout d'abord, son scénario très classique et prévisible. Une énième histoire de vengeance qui, sans être ennuyeuse, n'est - il faut l'avouer - pas vraiment passionnante.

WAKE OF DEATH est évidemment le genre de film que l'on a l'impression d'avoir déjà vu avant même d'allumer son lecteur DVD. Dommage aussi que le look de l'ensemble ne soit pas un peu plus travaillé. La photo, la mise en scène et tout le coté visuel fait malheureusement un peu cheap et s'apparente à un téléfilm à peine plus soigné que la moyenne. Seul l'extrême violence du métrage le distingue d'ailleurs d'une production de série destinée à la télévision.

Niveau interprétation, Van Damme parvient vraiment à se montrer convaincant dans ce rôle certes basique mais quand même un poil plus travaillé que de coutume, en particulier pour les émotions développées. Il n'est plus possible à présent (comme certains l'on fait) de se moquer de la performance de l'acteur. Performance certes sans grand génie mais au moins tout à fait correcte et réussie, dans les limites de ce qu'on lui demande. L'homme parvient même à se montrer crédible et émouvant lors des moments dramatiques, lorsqu'ill est avec son fils ou pleure l'assassinat de sa femme. L'âge aidant, il a même développé un gueule de mec revenu de tout, n'ayant plus rien à prouver, presque fatigué de vivre et souhaitant seulement que le monde lui fiche la paix une bonne fois pour toute. L'acteur et son personnage ne font donc, ici, quasi plus qu'un, ce qui explique sans doute la bonne tenue de son jeu.

Le reste du casting s'avère également à la hauteur, si on aime un certain cabotinage bis, avec l'inévitable Simon Yam dans un rôle de méchant tout à fait ignoble comme il en a le secret. L'action n'est pas présente en quantité phénoménale mais on trouve cependant suffisamment de séquences musclées pour qu'il n'y ait pas tromperie sur la marchandise. Les réglements de compte et autres bastons sont, en outres, fort brutales et ne lésinent pas sur l'hémoglobine, quite à verser dans le sadisme lors de certains passages, comme la déjà renommée scène de torture à la perceuse orchestrée par Raymond le vieux mafieux.

L'aspect polar hard-boiled prend souvent le pas sur le côté "actioner bourrin" et, selon sa sensibilité, on appréciera - ou pas - cette évolution normale pour un Jean Claude de 45 ans qui semble accuser le poids des années et qui a au moins l'intelligence de ne pas essayer de refaire - forcément en moins bien - ce qui a bâti sa gloire voici vingt ans.

En résumé, WAKE OF DEATH est tout fait sympathique. Ce n'est pas un grand classique, loin de là, mais le métrage livre ce que le spectateur attend: un divertissement sans prétention, rythmé, très violent et plutôt bien emballé. Pas de raison de s'en priver, donc.