VENGEANCE

Titre:  
ou: Vengeance!
Réalisateur: Chang Cheh
Interprètes: David Chiang

 

Ti Lung
Chuen Chan
Lei Cheng
 
 
Année: 1970
Genre: Polar / Kung Fu
Pays: Hong Kong
Editeur CTV
Violence: * * * *
Erotisme: *
Suite:  

75%

Résumé:

Chine, 1925. Après avoir humilié un petit gangster qui courtisait sa femme, un acteur de l'Opéra de Pékin tombe dans une embuscade tendue par les associés du criminel. Il meurt de manière horrible. Kuan Hsiao Long, son frère, va alors le venger en éliminant tous les membres de la pègre locale.

Critique:

Entre récit de gangster et kung fu pian, Vengeance! ressemble un peu à un brouillon sanglant pour le futur Justicier de Shanghai qui reprend la même équipe.

Ceux qui attendent de nombreux combats à mains nues seront donc peut-être un peu déçus car les affrontements se font principalement à l'arme blanche. Les couteaux et les haches étant de la partie, les duels sont brefs. Mais, surtout pour l'époque, fort sanglants, avec une belle utilisation des ralentis inspirée par le grand Sam Peckinpah. Les combattants meurent donc le ventre perforé par une lance, déchiré par une lame ou tranché par une hachette à grands renforts de flots vermillons.

Les personnages, eux,ne sont pas très développés, même si celui de David Chiang à droit à un peu plus d'égards. Il est très posé, très calme, accomplissant sa vengeance de manière méthodique, sans se laisser vraiment envahir par la haine. C'est un pur justicier qui nous rappelle certains pistoleros de western arrivant dans une petite ville sous la coupe d'un truand et décidé à y remettre un peu d'ordre.

Les deux personnages féminins représentent pour leur part l'opposition classique entre la femme cruelle et perverse, qui use de son corps pour son profit et la femme pure et douce. Mais cette dernière n'a pas beaucoup d'importance dans le récit, une fois de plus largement homo érotique (ce qui d'ailleurs ne veut pas dire homosexuel pour autant) qui joue de la beauté charismatique de son héros fier, noble et viril.

Vengeance!, malgré son âge, a plutôt bien vieilli. Les combats sont chorégraphiés de manière encore très brute mais ils s'accordent parfaitement au ton sérieux et réaliste du scénario. Seuls quelques mises à mort très théâtrales paraissent un peu exagérées et jurent avec le reste d'un métrage sinon toujours fort efficace.

Il est certain que Vengeance! est pratiquement devenu l'archétype du récit de kung fu urbain et nul autre métrage n'a aussi bien porté son titre. A l'image de nombreuses œuvres matricielles, il pourra quelque peu décevoir, tant il a depuis été pillé et copié par des dizaines d'œuvres d'intérêt diverses. Mais la puissance pure de la première séquence (la mort de Ti Lung) et l'incroyable violence barbare de son final demeurent des pièces maîtresses du cinéma martial et de véritables morceaux d'anthologies sanglantes.

C'est un véritable concentré d'énergie brute, de violences pures. Tout le cinéma que l'on aime, il vient de là, il vient de Vengeance! aurait pu dire un Johnny tenté par la cinéphilie d'Eddy. Lequel apprécierait sans doute cette série B barbare qui file droit au but (de la baston et du carnage) sans prendre le temps de souffler.

Vengeance! reste dont bien davantage qu'une curiosité historique, c'est un classique que tout fan de kung fu pian se doit d'avoir vu au moins une fois.