GUERRES DE L'OMBRE

Titre: Undeclared Wars
Réalisateur: Ringo Lam
Interprètes: Danny Lee

 

Vernon Wells
David Heddison
Olivia Hussey
Rosamund Kwan
Peter Liapus
Mars
Année: 1990
Genre: Polar / Action
Pays: Hong Kong
Editeur Asian Star
Violence: * * *
Erotisme: *
Suite:  

60%

Résumé:

 

Critique:

Petit produit sans beaucoup d'envergure souffrant d'une réputation assez épouvantable, GUERRES DE L'OMBRE est pourtant nettement moins raté que certains l'ont prétendu. Le nom de Lam à la réalisation induisit sans doute bien des amateurs en erreur, lesquels espéraient probablement un métrage à la hauteur des autres réalisations du talentueux cinéaste. Hélas il n'en est rien même si l'ensemble n'est pas déshonorant pour autant.

Ringo Lam a manifestement essayé de donner à ce petit thriller une dimension internationale, tant par son intrigue que par son casting où l'on retrouver Vernon Wells, le méchant culte de MAD MAX 2. Pour accentuer l'aspect "mondialiste" du métrage, la plupart des dialogues sont en anglais, même si on y retrouve également du chinois et du polonais. Drôle de mélange.

Malheureusement, malgré une certaine bonne volonté, l'intrigue s'avère sans surprise, mélange de polar, d'action et d'espionnage, avec une légère réflexion politique en prime. Rien de novateur ni de réellement passionnant à se mettre sous la dent même si, dans les limites imposées, le scénario parvient à maintenir un semblant d'intérêt. Majoritairement situé à Hong Kong, le film comporte son lot de fusillades, d'explosions et de poursuites.

Tout ce coté bourrin est filmé avec suffisamment de punch et de savoir-faire pour contenter les amateurs d'actioners basiques dans la lignée des direct-to-video de la fin des eighties. Comme Ringo Lam arrive à donner à l'ensemble un certain rythme en évitant au maximum les temps morts, la vision de ces GUERRES DE L'OMBRE n'est finalement pas désagréable.

Les gunfights (et en particulier celui du prologue) sont efficaces et bien orchestrés, avec pas mal de violences. Personne n'est pourtant parvenu à expliquer pourquoi les impacts de balles laissent s'échapper non du sang mais de la poudre rouge. Idée stylistique (foireuse?), souci d'éviter une censure trop sévère ou simple effet spécial raté, le procédé ne fonctionne absolument pas et gâche en partie les séquences musclées.

Dommage que le manque complet d'originalité et d'ambition transparaisse surtout lors des passages plus "calmes", expédié avec une certaine nonchalance et qui, clairement, font office de remplissage.

En résumé, ce métrage s'apparente finalement à une petite production de série (B évidemment!) comme il en pullule des dizaines dans les vidéoclubs. A l'image de ces nombreux direct-to DVD emballés avec un minimum de professionnalisme, l'ensemble se laisse donc gentiment regarder, sans passion mais sans ennui.

Un petit actionner distrayant qui ne restera pas dans les mémoires mais à voir une fois, à la rigueur. Et puis basta!