THUNDERBOLT

Titre: Pi li huo
ou: Dead Heat
Réalisateur: Gordon Chan & Jackie Chan
Interprètes: Jackie Chan

 

Anita Yuen
Michael Wong
Ken Lo
Chor Yuen
 

Année: 1995
Genre: Action
Pays: Hong Kong
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

75%

Résumé:

Fo, un mécanicien automobile, fait office d'informateur auprès de la police, aidant la justice à arrêter les contrevenants aux lois sur la sécurité routière. Il traque ainsi les amateurs de courses de voitures illégales et capture un certain Cougar, champion de conduite automobile ayant écrasé un policier. Après son évasion, Cougar kidnappe les deux jeunes soeurs de Fo et l'oblige à participer à une redoutable course sur un circuit japonais.

 

Critique:

Un bon film de Jackie Chan, original et bien enlevé malgré ses nombreux défauts. La star renonce ici à ses rôles comiques et incarne un personnage plutôt "dur" dans un thriller sérieux et violent. Inutile de dire que "Thunderbolt" fut renié par Chan, à l'image de "Crime Story".

Bref, il s'agit d'une tentative de modifier une image stéréotypée (le gentil naïf asexué) vers un rôle plus profond. Malheureusement, ce n'est pas toujours convainquant. Parfois, cela fonctionne bien, comme lorsque Chan s'en prend brutalement à l'inspecteur de police qu'il accuse de privilégier sa carrière à la sécurité des civils. Ou lorsqu'il dérouille un type ayant mis la main aux fesses de sa soeur et menace de lui broyer le bras à coup de pelle. Là, Jackie Chan est bien éloigné de ses prestations habituelles.

Mais, parfois, le film ne parvient pas à véritablement exploiter certaines situations, réduites à leurs prémices. Ainsi le personnage de Amy (incarnée par la très belle Miss Hong Kong Anita Yuen) est sous-exploité: ses états d'âmes (la soif du scoop ou le respet de la vie privée?) manquent de profondeur et son histoire d'amour paraît plaquée sur le scénario sans vraiment passionner. On note aussi plusieurs personnages qui débarquent dans l'intrigue au moment adéquat pour relancer le film (comme la jolie jeune femme qui offre à Jackie une nouvelle équipe) sans qu'ils soient vraiment utilisés à bon escient. Facilité du scénariste, sans aucun doute.

Mais ne parlons plus des imperfections et causons des nombreux morceaux de bravoures qui émaillent le film. Outre deux ou trois bastons bien chorégraphiées mais classiques, le spectateur remarque surtout la démolition d'une maison familiale à l'aide d'une grue. La scène est impressionnante, du jamais vu à l'écran, et paraît réellement dangereuse, même si la mise en scène ne parvient pas à retranscrire totalement ce dernier point.

Un autre moment clé réside dans l'évasion du méchant Cougar. Là, le cinéaste se lâche vraiment et, comme Jackie n'est pas présent, il en profite pour sortir l'artillerie lourde, au propre comme au figuré: explosions, gunfights, empilement de cadavres, impacts de balles bien saignants, etc.

Dernier grand moment, l'anthologique course poursuite d'un bon quart d'heure qui conclut le film en multipliant les tôles froissées, les voitures pulvérisées et les cascades démentes (réglées par Sammo Hung) dans une véritable orgie de métal enflammé qui nous rappele la glorieuse époque des "Mad Max" et autre "Cannonball"... en plus dingue encore!

Au final, beaucoup de faiblesses mais un bon divertissement assuré!