THE ONE

Titre: The One
Réalisateur: James Wong
Interprètes: Jet Li

 

Carla Gugino
Jason Statham
Delroy Lindo
James Morrison
 
 
Année: 2001
Genre: SF / baston à la Matrix
Pays: USA
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

40%

Résumé:

Il existe 129 univers parallèles entre lesquels les voyages sont possibles. Mais une police les interdits. Un cruel mégalomane, Yulaw, découvre qu'il devient de plus en plus puissant à mesure qu'il élimine ses doubles. Or le dernier d'entre eux, Gabriel, est bien décidé à ne pas se laisser abattre sans réagir.

 

Critique:

"The One" est une nouvelle preuve de l'influence déterminante de Matrix sur le cinéma mondial de ces dernières années. Mais pas toujours pour le meilleur. A preuve ce mauvais remake de dizaine de romans de SF de gare digérés et mal régurgités pour s'adapter aux standards de l'époque. L'intrigue est pourtant assez simple et ne risque pas d'égarer le spectateur en cours de route. Faut dire qu'en mâchant du pop-corn on comprend assez mal les dialogues. Donc, dès le départ, une voix off nous résume la situation. Ensuite chaque personnages prendra le temps de ré-expliquer les choses (pourtant plutôt limpides) sans s'apesantir sur le coté SF de l'aventure. Car l'argument science-fictionnel est ici un simple prétexte pour justifier une série de séquences d'action plus ou moins inspirées.

Avec un budget confortable de près de 50 millions de dollars on pouvait attendre autre chose qu'un blockbuster lambda pour esprits fatigués. Manque de bol, c'est exactement ce que désire nous servir James Wong. Un plat vite mitonné et pas vraiment savoureux. Jet Li réussit à donner le change mais tente surtout de nous refaire les poses de Keanu Reeves en évitant les balles au relenti ou en bousillant des paquets d'adversaires en apesanteur. Ce film est sans doute une adaptation du bouquin "Comment refaire Matrix pour les Nuls". Ou alors de "Comment gâcher un budget de blockbuster pour accoucher d'une série 2 pitoyable"

Avec un matériel scénaristique de base pas plus con qu'un autre (mais très mal développé), le cinéaste ne fait qu'effleurer son sujet et se repose uniquement sur les acrobaties martiales de sa vedette. Pour agraver son cas "The One" n'est même pas cette série B pétaradante dont on aurait su se contenter faute de mieux. Mal rythmé, longuet (85 minutes seulement, pourtant), souvent même ennuyeux, le métrage ne vaut que pour son attendu combat final. Le reste frôle le navrant. De la part de James Wong et de son scénariste Glen Morgan, auteurs du sympa "Destination Finale" et d'une poignée d'épisodes de X-Files et Millenium on peut être légitimement déçu.

En résumé, une daube sans aucune saveur qui se laisse voir et disparait aussitôt des mémoires. Le film kleenex par excellence!