THE SWORD

Titre:  
ou:  
Réalisateur: Patrick Tam
Interprètes: Adam Cheng

 

Norman Chu
Jade Hsu
Tien Feng
 
 
 
Année: 1980
Genre: Wu Xia Pian
Pays: Hong Kong
Editeur HK Vidéo
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

75%

Résumé:

Un vieux maître d'armes lègue à l'une de ses concubines une épée maléfique capable d'altérer le destin de quiconque entre en sa possession. Par un concours de circonstances, l'arme maudite tombe entre les mains de Li, jeune chevalier désireux d'affrimer sa suprématie dans le monde des arts martiaux.

 

 

Critique:

Une référence du nouveau Wu Xia Pian du début des années 80. "The Sword" part d'une intrigue classique (un épéiste décide de défier un vieux maitre) et l'agrémente d'un élément de fantasy (une épée maudite) pour aboutir à une oeuvre intéressante. Patrick Tam s'intéresse davantage à ses personnages qu'aux combats et il s'attarde longuement sur les motivations et les rapports entre les protagonistes. Les affrontements proprement dits, chorégraphiés par Ching Siu Ting sont cepandant de bons niveaux, même si on peut reprocher leur brièveté.

Inspirés par le chambarra japonnais, les duels rappelent les affrontements secs et violent de la série Baby Cart sans en retrouver l'aspect outrageusement gore. L'ultime combat entre le bon épéiste et le méchant chevalier reste malgrè tout un excellent moment.

Les personnages masculins sont d'ailleurs éloignés des chevaliers prisés par Chang Cheh (et les cinéastes de la Shaw durant les seventies): ici, ils se battent pour assurer leur renommée et n'hésitent pas à recourir au vol ou aux duperies. Nous sommes loin du héros traditionnel qui marche vers une mort assurée afin de sauver son honneur. Mais Tam est sans doute plus proche de la vérité que Chang Cheh: la chevalerie, ont le sait à présent, n'était pas peuplée de beaucoup d'hommes intègres et honorables.

Les femmes bénéficient davantages des faveurs du cinéaste et ce-dernier livre un tableau d'époque réussi quoiqu'il s'attarde parfois sur des détails et échoue à toujours susciter l'intérêt.

Bercé par une jolie musique au synthétiseur d'inspiration classique (un brin répétitive cepandant), visuellement soigné et impeccablement photographié, "The Sword" se veut une oeuvre d'auteur plus qu'un film de baston grand public. A ce titre, signalons une construction lente et contemplative, qui risque de ne pas totalement contenter l'amateur de combats effrénés.

Il s'agit pourtant d'un film réussi et agréable, rarement ennuyeux et souvent flamboyant, à redécouvrir pour les amateurs.