THE STREET FIGHTER's LAST REVENGE

Titre: Gyakushû! Satsujin ken
ou: Revenge! The Killing Fist / Street Fighter Counterattacks!
Réalisateur: Shigehiro Ozawa
Interprètes: Sonny CHiba

 

Reiko Ike
Koji Wada
Tatsuo Endo
Shingo Yamashiro
 
 
Année: 1974
Genre: Action / Arts Martiaux
Pays: Japon
Editeur HK Video
Violence: * *
Erotisme: * *
Suite: Sister Streetfighter

55%

Résumé:

Tsurugi tente de récupérer une cassette audio contenant des informations compromettantes.

Critique:

STREET FIGHTER'S LAST REVENGE poursuit l'évolution du personnage de Tsurugi, transformé ici en une sorte de super-agent inspiré de James Bond et de Mission: Impossible. On le voit ainsi utiliser quelques gadgets, dont les inévitables masques lui permettant de changer d'identité à loisir. Peu crédible mais indéniablement amusant.

Le scénario, très classique, envoie notre héros (de moins en moins anti-héros!) à la recherche d'une cassette audio contenant des informations politiques compromettantes. Très prévisible, y compris lors des petits twists et autres surprises finalement bien peu…surprenantes. L'intrigue semble en outre un rien confuse, voire inutilement compliquée, avec plusieurs factions qui se disputent la cassette et se trahissent pour quelques poignées de dollars…

Au milieu du bordel, Tsurugi n'aime pas se faire doubler et rend la justice de son inimitable manière (disons à la façon Steven Seagal avec quinze ans d'avance) en cassant des bras et en brisant des cranes. Niveau violence, ce STREET FIGHTER'S LAST REVENGE s'inscrit dans la lignée du précédent mais atténue encore l'aspect gore du film original, au point que le sang ne coule pratiquement plus lors des combats. Frustrant!

Même si chacun fait son boulôt de manière correcte (dans les limites du cinéma d'exploitation s'entend), STREET FIGHTER'S LAST REVENGE déçoit: il ne possède ni les outrances du premier, ni les qualités divertissantes du second, aboutissant à un simple actioner très ancré dans son époque. En privilégiant les aspects les plus grands publics de la saga, le cinéaste passe complètement à côté de ces éléments les plus cultes, à savoir le jeu de Sonny Chiba (lequel délaisse le style "Bruce Lee en rut" au profit d'un jeu plus posé proche d'un James Bond du pauvre) et les combats de karaté aussi approximatifs que sanglants, ici noyé dans une intrigue trop convenue pour vraiment intéresser le spectateur.

Reste que Sonny Chiba parvient à se montrer sous un meilleur jour et joue au héros, dont les mérites et le physique sont vantées par une série de "Tsurugi's girls" en extase devant ses muscles et sa puissance virile. Difficile d'ailleurs de ne pas prendre son parti lorsqu'il offre quelques mandales à une poignée de méchants caricaturaux au possible qui tiennent plus du vilains de comic-books que de l'authentique mafieux. Le Mexicain doté de pouvoirs magiques (en fait des lasers dissimulés dans son costume!) fera bien rire dans les chaumières, de même que la confrontation finales où les adversaires se concentrent tellement qu'on les sent prêt à éclater. Il faut dire que seule la technique de la "Mort Foudroyante" peut contrer la redoutable tactique dite du "Grand Tsunami".

Bref, du bis, à la fois pataud et sympathique, enthousiaste et raté, fun et ennuyeux…Un divertissement acceptable, aux limites de l'auto-parodie, mais cette fois, la coupe est pleine, n'en jetez plus!