LA BRUTE LE COLT ET LE KARATE

Titre: The Stranger and the Gunfighter
ou: La Dove non batte il sole
Réalisateur: Anthony M. Dawson
Interprètes: Lee Van Cleef

 

Lo Lieh
Julian Ugarte
Erika Blanc
Karen Yeh
Femi Benussi
 
Année: 1974
Genre: Western spaghetti & soja
Pays: Italie / Hong Kong / Espagne
Editeur Metropolitan / Seven Sept
Violence: * *
Erotisme: * *
Suite:  

55%

Résumé:

Un vieux chinois a tatoué le plan d'un trésor sur les fesses de quatre demoiselles avant de décéder accidentellement entre les mains d'un pilleur de banque fanfaron. Ce-dernier, accompagné du neveu du Chinois, décide de remonter la piste du magot.

Critique:

Annoncé comme un film important (et d'un strict point de vue historique c'est vrai), ce western s'avère décevant. On attendait bien mieux de cette rencontre (une des premières) entre le western spaghetti et les arts martiaux de la Shaw Brothers.

Premier regret: l'histoire est fade et répétitive. Un vieux Chinois a tatoué le plan d'un trésor sur les fesses de quatre jeunes filles et son neveu (Lo Lieh), aidé du pistolero (Lee Van Cleef) qui a involontairement provoqué la mort du vieillard, se lancent sur la piste du magot. Les deux hommes passent donc d'une fille à une autre, poursuivit par un prédicateur devenu fou (il pose une ceinture de chasteté sur sa compagne qu'il humilie et assassine froidement deux tenanciers de bordel en citant la Bible) et un catcheur indien.

On se lasse vite des subterfuges grossiers employés par les deux hommes pour dévoiler l'intimité des quatre demoiselles. Même si l'épisode du Lord Anglais reste amusant (Lo Lieh se fait passer pour le médecin de la Couronne), les autres sketches (car c'est à ça que le métrage s'apparente) lassent rapidement. Il ne se passe donc pas grand-chose durant la première heure, excepté un petit combat de Lo Lieh au tout début et un second dans un saloon un peu plus tard ("Ni Négros, ni Chinois, ni chien" proclame l'enseigne alors que Lo Lieh y entre avec un superbe canidé - un des rares passages vraiment drôles). La suite de gags et de répliques humoristiques qui occupent les deux premiers tiers du film s'avère finalement sans grand intérê;t. Pourtant, Lee Van Cleef s'y montre franchement à l'aise dans un rôle purement comique. Lo Lieh fait beaucoup moins illusion mais leur duo est assez sympathique. Il se dégage de l'ensemble une véritable bonne humeur qui empê;che de s'ennuyer vraiment mê;me si tout ça est assez peu passionnant et souvent franchement pesant.

Changement de ton pour le dernier tiers: le prédicateur devient véritablement sadique et menaçant. Il enferme la dernière fille (la Chinoise) dans une cage sous laquelle il met le feu, fouette jusqu'au sang Van Cleef, etc.

Ensuite, le rythme s'accélère réellement: Lee Van Cleef s'évade et utilise une mitrailleuse lourde placée sur des chevaux au galop, les méchants tombent comme des mouches, le sang coule (un peu), Lo Lieh dégomme le guerrier indien dans un véritable combat bien mené et chorégraphié, etc. Bref, Antonio Margheriti semble se reprendre et, alors qu'il assurait jusque là une mise en scène professionnelle mais assoupie, il montre enfin un véritable intérê;t pour sa réalisation. Cela change du service minimum offert précédemment.

Ces vingt dernières minutes ne rachètent pas vraiment la mollesse de ce qui précède mais elles permettent de conclure le film sur une impression plus positive.

En résumé, un petit produit sympa et assez agréable que l'on prendra plaisir à regarder, malgrè la déception ressentie. A voir...une fois.

Le DVD propose le film en Dolby Digital 2.0 mono dans sa version française d'époque ou dans la version anglaise sous-titrée. Cette dernière est bien plus respectueuse mais les fans de nanar lui préfèreront sûrement le doublage français idiot et débile avec de surcroît des voix complètement caricaturales pour les acteurs chinois. Un grand moment cornichon qui rehausse ou abaisse la qualité du métrage, selon la sensibilité de chacun.