SOME

Titre: Some
ou:  
Réalisateur: Yun-hyeon Jang
Interprètes: Soo Goo

 

Ji-hyo Song
Dong-kyu Lee
Shin-il Kang
Seong-jin Kang
 

Année: 2004
Genre: Thriller
Pays: Corée
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: *
Suite:  

35%

Résumé:

 

Critique:

Polar saupoudré d'une touche de fantastique, SOME paraît prometteur sur le papier, en dépit d'une intrigue assez convenue. Malheureusement, à l'écran, l'ensemble se révèle franchement décevant. Jang Yun-hyeon, le réalisateur du réputé LA SIXIEME VICTIME, revient avec ce thriller embrouillé dans lequel chacun se dispute une importante somme d'argent volée.

Dès le départ, le film veut se montrer moderne (et mode) en nous proposant une impressionnante scène de poursuite en voitures utilisant avec une certaine efficacité des images de synthèse. Pourtant, en dépit de la qualité des effets spéciaux, le spectateur sent immanquablement le coté "faux" de ces véhicules lancés à vive allure. Faux, tape à l'œil, destiné à en mettre plein la vue en dépit du bon sens et finalement plutôt mou…un jugement sévère qui ne s'applique pas seulement à cette séquence introductive mais bien à l'ensemble du métrage.

A l'image de nombreux films coréens récents, SOME mise essentiellement sur l'aspect léché et travaillé de ses images, avec un visuel attrayant et une photo exploitant bien les ambiances, pluvieuses ou nocturnes. La réalisation, elle, se met fatalement au diapason en utilisant tous les trucs déjà maintes fois vus dans les productions originaires du Pays du Matin Calme. Autant dire que les ralentis, images trafiquées et autres tics d'esbroufe sont nombreux.

Reste que l'intrigue, parfois inutilement embrouillée, est plutôt bien écrite, avec quelques rebondissements bien placés. Dommage que les longueurs se fassent souvent lourdement sentir, le métrage durant 2 heures. Et il faut avouer que l'on a souvent envie de regarder sa montre ou le plafond. Voire de lorgner avec envie sur la télécommande et la si tentante touche d'avance rapide.

Heureusement la bande sonore est suffisamment dynamique pour faire passer (un peu) la pilule. Puissante et efficace, elle se diversifie entre mélodies douceâtres, morceaux plus rentre-dedans et influences techno / électro bien digérée. Malgré tout, SOME ne décolle jamais. Si le cinéaste a réussi à donner un certain cachet visuel à son film et nous offre un emballage soigné, les trop nombreuses longueurs et autres défauts plombent complètement le rythme de l'enquête. Les personnages sont, de plus, plutôt antipathiques. Le jeune flic avec sa dégaine vaguement punk n'arrive jamais à nous émouvoir et la journaliste est souvent insupportable, comme en témoigne sa mini scène d'hystérie dans la voiture ("vous pouvez pas éteindre votre portable!").

SOME est donc bourré de clichés et vraiment peu passionnant à suivre. Il ne se rattrape même pas au niveau de l'action puisque les rares passages un peu mouvementés sont sans intérêt. Certes, le film privilégie l'ambiance mais bon, un peu de rythme et d'énergie n'aurait pas fait de mal. En définitive, le produit apparaît comme techniquement soigné mais le tout est si profondément ennuyeux qu'en terminer le visionnage s'apparente à un vrai calvaire. A éviter.