SO CLOSE

Titre: Chik yeung tin sai
ou:  
Réalisateur: Corey Yuen
Interprètes: Shu Qi

 

Karen Mok
Zhao Wei
 
 
 
 
Année: 2002
Genre: Thriller
Pays: Hong Kong
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

75%

Résumé:

Deux jeunes soeurs devenues tueuses à gages déjouent tous les pièges pour accomplir leurs contrats. Elles utilisent pour cela la technologie expérimentale mise au point par leur père, jadis assassiné par des gangsters. Mais une femme flic est bien décidée à les arrêter.

Critique:

Les tueuses super sexy, expertes en kung-fu et douées en informatiques sont une nouvelle mode du cinéma de Hong-Kong. Accessoirement, elles sont souvent lesbiennes (quoique, ici, une seule le soit vraiment) et alimentent, par leurs poses suggestives, les fantasmes du spectateur mâle. A la suite de "Nikita", les chinois ont donc livré "Black Cat", "Naked Killer", "Naked Weapon" et quelques autres séries B rondement menées. Comme ce "So Close" des plus réjouissant.

Il serait vain et malhonnête de prétendre qu'il s'agit d'un chef d'oeuvre car l'ambition de Corey Yuen est simplement de livrer un divertissement explosif et rythmé, avec une bonne dose de violence et une pincée d'érotisme pour pimenter la sauce. A l'intersection des films précités et de "Drôles de Dames", mâtiné d'un petit côté James Bond, le spectacle est assuré.

Les actrices sont superbes et sexy à souhaits, les chorégraphies martiales délirantes et invraisemblables (mais qu'importe puisque le plaisir est là!), les scènes d'action excellentes et les gunfights saignants au possible. Pas de quoi s'ennuyer, donc: le cinéaste ne laisse aucune seconde de répit au spectateur et adopte une mise en scène tape à l'oeil mais redoutable d'efficacité. Malgré un ventre mou d'une quinzaine de minutes au centre du métrage, l'ensemble se laisse voir avec plaisir.

On regrette que Corey Yuen hésite parfois un peu trop entre l'aspect émotion et le côté action pure. La relation amoureuse est ainsi à peine esquissée mais freine le développement du scénario. Par contre, quoique peu développés, les liens unissant les deux soeurs sont bien décrits et permettent une belle scène d'émotion que je ne dévoilerai pas ici pour ne pas gâcher les surprises.

La musique est excellente et bien utilisée, avec quelques chansons interprétées par Karen Mok. Au niveau martial, les câbles sont de rigueur pour palier au manque d'entraînement véritable des interprètes mais la sauce fonctionne bien à condition toutefois de ne pas être allergique aux chorégraphies délirantes, aux bonds impossibles et aux combats en quasi-apesanteur. Ici aussi on sent l'énorme influence des duels mis au point pour les "Drôles de Dames". Les gadgets délirants utilisés tout au long de l'intrigue devrait ravir les férus de nouvelles technologie.

Un vrai pop-corn movie de premier choix, malgré son côté clip démonstratif et ses effets parfois faciles (ralentis et mouvements de caméra fort utilisés) qui permet une bonne soirée garantie.