SNUFF BOTTLE CONNECTION

Titre: Snuff Bottle Connection
ou: Shen tui tie shan gong
Réalisateur: Li Li Lui & Tung Kan Wu
Interprètes: John Liu

 

Hwang Jang Lee
Philip Ko Fei
Roy Horan
Corey Yuen
Sunny Yen
Yuen Biao
Année: 1977
Genre: Kung Fu
Pays: Taiwan
Editeur  
Violence: * *
Erotisme: *
Suite:  

75 %

Résumé:

Deux agents secrets chinois tentent d'empêcher de vilains Russes de prendre le contrôle de la Mandchourie.

Critique:

Typique des productions Ng See Yuen de la fin des années 70, SNUFF BOTTLE CONNECTION est un petit classique du kung fu contenant toutes les qualités habituellement attribuées au légendaire producteur.

L'intrigue, tout d'abord, est simple mais un peu plus évoluée que de coutume et, grâce à quelques petits retournements de situation, permet au spectateur de maintenir son intérêt. Elle tourne autour des efforts de deux agents secrets chinois pour faire échouer les tentatives d'une bande de Russes désirant s'emparer de la Mandchourie. L'essentiel du scénario se centre donc sur la découverte, par les héros, de l'identité du traître agissant de concert avec les Russes et d'une petite statuette permettant de reconnaître les bons des méchants.

Même si la réalisation est signée de l'inconnu Lili Liu, la réussite du film peut sans nul doute essentiellement être attribuée à Yuen Woo Ping et Yuen Biao qui assurent les chorégraphies et les séquences d'action. Bien sûr, kung fu old-school oblige, ces passages martiaux occupent une bonne moitié du temps de projection. Si certains de ces combats ne sont pas particulièrement mémorables, la plupart d'entre eux sont néanmoins de très haut niveau.

John Liu est ici la star incontestée du kick et chacune de ses prestations martiales est parfaitement réglée et peut sans problème rassasier l'amateur le plus exigeant. Le big boss final est une fois de plus incarné par Hwang Jang Lee qui, comme souvent, se contente de montrer brièvement ses capacités à l'une ou l'autre occasions avant de se dresser face à nos deux héros lors du final. Comme d'habitue, l'ultime affrontement consiste en une dizaine de minutes furieuses laissant la part belle aux mouvements acrobatiques et aux coups de pieds énergiques.

Figure bien connue du genre (pourtant apparu dans seulement une demi-douzaine de titres), Roy Horan, élève de Hwang Jang Lee et expert en Taekwondo, incarne pour sa part le chef des Russes, le colonel Tolstoy. Un méchant dans la tradition du genre et sans finesse, plus inspiré par la bande dessinée et les romans de gare que par une quelconque vérité historique. Philip Ko Fei, Corey Yuen, Yuen Biao, Sonny Yuen, et quelques autres sont également de la partie, permettant un casting de spécialistes en arts martiaux capables de prouesses. Les armes légendaires du kung fu sont évidemment de sortie lors des duels, que ce soit les petits poignards, les bâtons, les lances, les épées, etc. Bref, une belle galerie d'ustensiles mortels utilisés à bon escient.

Sans retrouver la magnificence des productions plus nanties comme celles de la Shaw Brothers par exemple, SNUFF BOTTLE CONNECTION utilise à bon escient les décors, essentiellement naturels. Les combats se déroulent dans les villages, les temples ou les champs et n'ont pas ce côté "deux figurants dans une prairie" de nombreux kung fu indépendants. Figuration nombreuse (pour ce type de métrage s'entend), costumes soignés,…le film ne trahit pas son budget sans doute restreint et parvient à ne jamais paraître misérable ou bâclé.

Avec sa mise en scène efficace, son casting de choix, ses "production values" correctes, son intrigue simple mais agréable et, surtout, ses nombreuses séquences martiales réussies, SNUFF BOTTLE CONNECTION est un petit classique du genre qui se montre à la hauteur de sa réputation.