HORREURS DANS LA VILLE
Titre: Silent Rage
ou:  
Réalisateur: Michael Miller
Interprètes: Chuck Norris

 

Ron Silver
Steven Keats
Toni Kalen
William Finley
 

                      
                      
                      
                      
                      
                      
Année: 1982
Genre: Horreur / Polar / Kung Fu
Pays: USA
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: * *

55%

Résumé:

Le shériff d'une petite ville, également expert en karaté, se heurte à un être apparemment invincible, une sorte de monstre humanoïde génétiquement modifié par des expériences scientifiques et qui tue toutes les personnes croisant sa route.

 

Critique:

Pour ceux qui en doutent encore, ou qui l'ignorent, l'ancien champion de karaté Chuck Norris a tourné de bons films (outre bien sûr " La Fureur du Dragon") comme le très nerveux polar "Sale temps pour un flic" (alias "Code Of Silence"), le violent western moderne "Oeil pour Oeil / Lone Wolf Mc Quade" ou encore le film catastrophe "Delta Force". Les plus accros y ajouteront même, en étant très généreux, le premier "Portés Disparus".

Malheureusement, le reste de sa filmographie est, elle, complètement...autre! Comment évaluer objectivement la longue série de Zederies consternantes accumulées au cours des vingt années de carrière du bonhomme? Certaines atteignent un tel niveau de crétinisme qu'elles deviennent attachante si on les prend résolument au second degré.

"Horreur dans la ville" s'inscit dans cette logique et comme le faisait remarquer l'expert Christophe Champleaux, 'le plus horrible dans tout ça c'est encore le travail du metteur en scène'. Lequel tente maladroitement l'amalgame (et comme on dit en politique, il ne faut jamais faire d'amalgames!) entre le slasher alors triomphant de "Vendredi 13" et autres "Halloween" et le film pif-paf-boum.

Bagarre de saloon contre des Hell's Angels caricaturaux, horreur soft, longueurs poussifs, démarrage languissant, final décevant, etc. Stricto senso, cette série Z est moins mauvaise que beaucoup d'autres interprétées par Chuck Norris.

Ce qui, finalement, s'avère préjudiciable. En effet, on espérait un bon film ou, à tout prendre, un nanar gouleyant. Le résultat est moyen et pauvre, parfois entrainant mais souvent un brin ennuyeux.

Pour les seuls inconditionnels de l'acteur, donc.