DANS LES GRIFFES DU DRAGON ROUGE
Titre: Showdown In Little Tokyo
Réalisateur: Mark L. Lester
Interprètes: Dolph Lundgren

 

Brandon Lee
 Tia Carrere
Cary Hiroyuki Tagawa
Philipe Tan
 
             
                      
Année: 1991
Genre: Polar
Pays: USA
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: * *

70%

Résumé:

Le détective Kenner, dit la Terreur, est un flic de Los Angeles élevé au Japon et passionné par le code d'honneur et la culture des Samourais. A contrario, Johnny Murata est un jeune métis ayant grandi aux Etats Unis et ignorant tout de sa propre culture. Les deux hommes vont pourtant devoir faire équipe pour coincer le redoutable Yoshida, un chef yakuza ayant jadis assassiné les parents de Kenner. Yoshida, après avoir décapité une danseuse de son club, projette d'inonder la Californie avec une nouvelle drogue synthétique, l'Ice.

 

Critique:

Voici un petit buddy movie très classique, typique des années 80 / début 90, mis en scène avec un certain punch par Mark Lester, surtout connu pour l'ultra-violent et fasho "Class 84" et le non moins barbare "Commando" avec Schwarzie. Bref, il ne faut pas en attendre beaucoup de subtilité. Cela tombe bien: ce n'est pas ce que le public cherche dans ce genre de produits.
Le scénario se contente d'aligner, très simplement, une longue série de séquence d'action, dans la droite ligne des polars HK des eighties. Une poursuite, un combat à main nue, une fusillade, un moment de répit comique ou sexy et on repart pour une nouvelle poursuite, etc. Le rythme est donc soutenu et on ne s'ennuie guère.
Les méchants, eux, sont bien caricaturaux et le cinéaste affiche ouvertement ses sympathies pour une justice musclée dont la devise pourrait être: "utilisons le mal pour combattre le mal". Mais les deux héros, quoique brossés à grands traits, sont sympathiques et bien typés, dans les limites d'une honnête série B. Les répliques et punchlines humoristiques s'avèrent, de leur côté, relativement efficaces et parviennent à faire sourire. Un humour omniprésent parfois un peu incongru au milieu d'un déferlement de violences gratinées: impact de balles saignants, viols, décapitation au sabre, etc. Mais l'ensemble fonctionne, comme un bon divertissement du samedi soir. Un jugement qui, finalement, n'a rien de péjoratif.
Au niveau des combats, ils sont bien ficelés: Brandon et Dolph assurent le boulôt avec énergie et savoir-faire. Le premier se la joue accrobatique (avec salto arrière et autres pirouettes), le second joue sur sa puissance musculaire. Une opposition simple mais efficace. Le final constitue pourtant un petit morceau de bravoure et multiplie les explosions et les gunfights, avant un combat final entre le gentil Kenner et le méchant yakuza, réglé à coup de katana dans les rues du Petit Tokio.
En guise de cerise sur le gâteau, on remarque la participation de la toujours sublime (et toujours largement dénudée) Tia Carrere dans le rôle d'une chanteuse nippone intègre et témoin involontaire. Laquelle finira par préférer le samouraï moderne Lundgren (au jeu assez figé malheureusement) au décontracté Lee.
Rien de transcendant mais l'assurance d'un bon moment qui ne laisse pas le temps de souffler au spectateur. Donc, une réussite pour un pop-corn movie destroy, violent et amusant.