LES DISCIPLES DE LA 36eme CHAMBRE DE SHAOLIN
Titre: Pi Li Shi Jie
ou: Disciples of the Master Killer
ou: Disciples Of The 36Th Chamber
Réalisateur: Liu Chia-Liang
Interprètes: Gordon Liu

 

Hsiao Hou
Ching CHu
Lilu Li
Liu Chia-liang
 

 

Année: 1985
Genre: Kung fu
Pays: Hong Kong
Editeur Wild Side "Les essentiels de la Shaw Brothers"
Violence: * *
Erotisme: *

85%

Résumé:

Fang Shi Yu, expert en arts martiaux, défie les envahisseurs Mandchous par arrogance et patriotisme. Contraint de se rendre sous peine de voir la maison de Canton fermée, le jeune homme trouve finalement refuge à Shaolin en compagnie de ses deux frères. Là, le moine San Té, gardien de la trente sixième chambre, perfectionne ses dispositions au combat.

 

Critique:

Voilà un grand film de kung-fu qui conclut magistralement une des meilleurs trilogies de l'histoire des arts martiaux. Nous retrouvons le moine San Té au côté de Fang Shi Yu maintenant plus connu sous le nom de Fong Sai Yuk (surtout depuis que Corey Yuen en fit deux fois un héros sous les traits de Jet Li dans les films homonymes, alias "The Legend 1 & 2") . Membre des Dix Tigres de Shaolin, il fut finalement tué par l'armée Mandchoue en 1768 après la destruction du célèbre monastère.

Ce célèbre héros chinois fut le héros de dizaines de films, dès 1938 (avec "The Adventures of Fang Shi Yu"). Il connut la gloire cinématographique sous les traits (féminins!) de Fung Bo Bo dans "The Invicible Kid Fang Shi Yu" (1965) et sa suite "The Feats of Fang Shi Yu". Ensuite, le rôle fut repris trois fois par Mang Fei avant que Alexander Fu Sheng ne l'incarne à nouveau sous la caméra de Chang Cheh dans les classiques "Two Heroes" et "Men From The Monastery", en 1974. Après le décès de Fu Sheng, Liu Chiang-liang se devait de trouver un nouvel interprète et c'est Hsio Hou qui hérite du rôle. Il y injecte toute sa fouge, son énergie juvénile et son charisme.

Les scènes d'entrainements déjà si impressionnants dans les deux premiers volets de la trilogie sont, une fois de plus, le pivot central de l'intrigue et constituent un véritable bonheur. Mais cette fois, Fang Shi Yu apparait plutôt comme un chien fou irrespectueux: il préfère s'amuser et berner ses maîtres plutôt que progresser. On retrouvera une semblable conception d'un personnage héroïque dans les deux "Drunken Master" avec Jackie Chan. Malgrè sa haine pour les Mandchous, il se laisse aveugler par sa naïveté au point de livrer les secrets de Shaolin aux envahisseurs et d'arborer fièrement leur uniforme. Il risque même de trahir son peuple par arrogance, en croyant pouvoir réconcilier les ennemis héréditaires.

Entreprise vouée à l'échec comme en témoigne le piège final tendu par l'empire Mandchou, décidé à éliminer les Dix Tigres de Shaolin en les empoisonnant traitreusement. On constate que le personnage est nettement plus complexe et travaillé que les héros incorruptibles, sans peur et sans reproche, qui dominaient le cinéma d'action de la même époque. Voilà, sans doute, une des raisons de l'échec commercial de ce film pourtant fort réussi.

Quant aux combats, ils sont, bien sûr, nombreux et époustouflants (même si on peut chicaner devant les cables parfois discernables), excellement accomplis et talentueusement mis en scène. Après un démarrage un peu lent qui peine à mettre l'intrigue en place, le métrage trouve sa vitesse de croisière et, dès l'arrivée des protagnoistes à Shaolin, il devient vraiment jouissif.

L'humour est présent sans être envahissant (contrairement au film précédent un peu lourd à ce niveau) et le contexte politique est bien brossé, sans que le réalisateur ne s'y appesantisse vraiment. Voici donc un pur divertissement, coloré et flamboyant, au budget conséquent et à la mise en scène fastueuse.

Hélàs, le film ne fonctionna guère au box-office et Liu Chiang-liang ne tourna plus pour la Shaw, studio qui ferma ses portes peu après. Une injustice à réparer en visionnant ce classique incontournable.

BONUS: Une interview de Lily Li et quelques bonus pour ce film proposé seul ou dans un superbe coffret regroupant l'ensemble de la trilogie, ainsi qu'un disque bonus consacré à la Shaw Brothers.