SHAOLIN CONTRE WU TANG

Titre: Shaolin Vs Wu Tang
ou:  
Réalisateur: Gordon Liu & Liu Chia-liang
Interprètes: Gordon Liu

 

Adam Cheng
 
 
 
 
 
Année: 1983
Genre: kung fu
Pays: Hong Kong
Editeur  
Violence: * *
Erotisme: *
Suite:  

60%

Résumé:

La rivalité légendaire de l'école de kung fu de Shaolin et de l'école du sabre de Wu Tang est exploitée par les méchants qui poussent deux experts à s'affronter.

Critique:

Un kung fu pian très classique, officiellement réalisé par Gordon Liu et officieusement attribué à son frère, le fameux chorégraphe et cinéaste Liu Chia Liang.

L'intrigue est classique à souhait, avec les manipulations diverses qui mènent les héros (dont on peu s'étonner de la naïveté) à s'affronter, l'un représentant les arts martiaux de Shaolin et l'autre l'escrime de Wu Tang. Mais, évidemment, l'amitié finira par triompher, au terme d'un métrage très positif où l'apprentissage martial va de pair avec une progression en sagesse.

Le climat assez pacifique prédomine et le sang est absent tandis que les morts sont rares. On comprend aisément le fossé qui sépare Liu Chia Liang de son ancien mentor Chang Cheh, lequel aurait illustré pareille rivalité dans des flots d'hémoglobine écarlate. Mais, malgré tout le potentiel de sympathie qui se dégage du projet on ne peut pas vraiment parler de réussite.

Tout commence pourtant très bien avec un générique traditionnel qui nous offre une démonstration martiale de plus de cinq minutes assez impressionnante. Mais ensuite le rythme faiblit fortement et le ton oscille entre tragédie et comédie sans que le cinéaste ne parvienne à trouver le bon équilibre.

Quelques combats bien réglés empêchent de trouver le temps long jusqu'à la mi-film où la baisse de rythme devient franchement pénible. Le spectateur commence à s'ennuyer et il doit attendre le final pour retrouver une série d'affrontements martiaux de bonnes qualités. Ceux-ci sont évidemment bien chorégraphiés mais il est difficile d'y trouver la véritable étincelle. On a l'impression d'avoir déjà vu tout ça trop souvent: les thématiques sont rabachées et l'intrigue définitivement trop simple pour passionner.

Shaolin Vs Wu Tang n'est pourtant pas un mauvais film. Hélas il s'apparente bien trop souvent à une sorte de décalque un peu pataud des meilleurs Lui Chia Liang (La 36eme Chambre de Shaolin en tête) pour convaincre vraiment.

Bref, le tout se laisse voir sans déplaisir mais ne restera sans doute pas dans les mémoires.