SHAOLIN TEMPLE IV

Titre: Shaolin - The Blood Mission
ou: Four Shaolin Temple
ou: Sadae Silimsa
Réalisateur: Vincent Leung (aka Park Woo-sang)
Interprètes: Hwang Jang Lee

 

Suen Kwok Ming
Ho Kei Cheong
 
 
 
 
Année: 1984
Genre: Kung Fu
Pays: Corée du Sud
Editeur Kung Fu Classics
Violence: * *
Erotisme: * *
Suite:  

50%

Résumé:

Un officier mandchou souhaite récupérer une précieuse liste de rebelles mais, heureusement, les moines du Temple de Shaolin s'opposent à ce plan.

Critique:

Cette production Filmark dont le doublage a été supervisé par Godfrey Ho constitue, une fois de plus, un médiocre kung-fu dénué de la moindre inspiration. Le scénario est hyper-convenu: un officier Mandchou (Hwang Jang Lee) désire récupérer une liste de rebelles mais les moines de Shaolin s'y refusent et de nombreux combats s'en suivent.

Parmi les séquences cultes, citons celle où un méchant ricanant, bras droit de Hwang Jang Lee, balance une série de dynamites façon dessin animé, lesquelles provoquent des explosions à peine plus impressionnantes que des pétards de carnaval. Mais un des héros finit par intercepter les explosifs et les renvoient vers les méchants…aussitôt le cinéaste case au public une énorme explosion qui pulvérise un pont style "Rivière Kwai". Risible!

La meilleure scène est pourtant celle qui montre Hwang Jang Lee jouer aux échec en utilisant des jeunes femmes en guise de pièces: il les fait se déplacer à coup de fouet et, lors d'une prise, l'attaquante doit tuer sa victime à coup de couteau. Complètement hors de propos mais assez jouissive, cette séquence sadique tranche avec un métrage sinon totalement anodin et dénué de la moindre folie.

Truffé d'invraissemblances, de séquences débiles, d'incohérences, d'approximation et d'erreurs de montage flagrantes, SHAOLIN: THE BLOOD MISSION constitue en définitive un sous-produit de plus dans un genre qui en compte déjà trop. Seuls quelques belles démonstrations martiales de Hwang Jang Lee sont donc à sauver de cette série Z bas de gamme. Le budget investi est, en effet, proche du zéro et l'ensemble semble avoir été tourné dans le jardin du producteur avec une poignée de figurant.

Néanmoins, les kicks de Hwang Jang Lee restent suffisamment impressionnants pour éviter l'assoupissement du malheureux spectateur et quelques uns des acteurs incarnant les moines Shaolin possèdent, eux aussi, un talent certain. Mais ce n'est pas suffisant pour élever le métrage au-delà du tout juste passable. La fin est, en outre, particulièrement abrupte et ne résoud pas grand chose à la pauvre intrigue.

Réservé aux fans inconditionnels de kung fu bis old-school.