MASSACRE AU VILLAGE

Titre: Shaolin Chastity Kung Fu
Réalisateur: Robert Tai
Interprètes: Alexander "Lou" Lo Rei

 

Hilda Lau Hao Yi

Wong Shi Sang

Alan Lee

Tong Lung
 
 
Année: 1981
Genre: Kung Fu Bis
Pays: Taiwan
Editeur KF Classics / Collection Arts Martiaux
Violence: * * *
Erotisme: *
Suite:  

70%

Résumé:

Une bande de méchants voyous débarquent dans un village et tuent la plupart des adultes. Un jeune homme décide de protéger les survivants mais son kung-fu n'est pas au point. Heureusement deux moines Shaolin vont l'aider à entrainer les enfants du village en vue de l'inévitable combat.

 

Critique:

Voici un exemple bien sympathique de kung-fu bis. Nous ne sommes pas au niveau du mythique Ninja Final Duel mais il y a néanmoins de quoi se montrer enthousiaste devant cette seconde mise en scène de Robert Tai.

L'intrigue est hyper simple, évidemment, et permet surtout de nous offrir des exhibitions martiales d'une bande de joyeux garnements. Cela ressemble davantage à du cirque acrobatique ou à de l'opéra chinois qu'à du véritable kung-fu shaolin mais ce n'est pas très grave.

Comme souvent dans le bis, le ton est d'ailleurs assez étonnant, passant d'un climat très enjoué et en apparence décomplexé à des passages bien violents voire carrément gore.

Alexander Lou se la joue tout en pause, sans finesse, en exhibition de muscle, en exploits improbables (il affronte un taureau qu'il attrape par les cornes) dans un style proche des héros de péplum italien. Il ne montre vraiment ses capacités que lors du final, laissant ses jeunes protégés accomplir le gros du boulot durant les trois quarts du métrage.

Les méchants, eux, sont caricaturaux à souhaits, avec leur costume totalement délirants et ridicules qui rendent cette bande de voyous plus déjantée encore. Un vrai plaisir bis.

L'action est donc bien présente, les chorégraphies efficaces avec des accélérés, quelques armes, des techniques et prises complètement folkloriques, sans oublier la longue séquence d'entraînement qui voit les gamins se retrouver dans de l'eau glaciale ou montrer leur talent de contorsionniste en démontrant une souplesse impressionnante.

Les dialogues et le scénario ont beau être réduits à un prétexte, l'ensemble démontre un coté bordélique éminemment jouissif pour les amateurs de kung fu fauché mais enthousiaste. Même si Robert Tai ne semblait pas porter le résultat dans son coeur ("Je n'ai pas d'excuse pour celui là" aurait-il déclaré), le tout est décomplexé et délirant, à la fois léger et violent, parfois sérieux et souvent bouffon...bref impossible de s'ennuyer.

A coup sûr l'assurance de passer un bon moment.