L'OMBRE DU FOUET

Titre: The Shadow Whip
ou:  
Réalisateur: Lo Wei
Interprètes: Cheng Pei Pei

 

Yueh Hua
Tien Feng
Ku Feng
Wong Hap
Lo Wei

 

Année: 1971
Genre: Wu Xia Pian
Pays: Hong Kong
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

55%

Résumé:

La jeune Miss Yun a été élevée par son oncle, un maître du maniement du fouet vivant sous une fausse identité et recherché pour un meurtre dont il est innocent.

Critique:

L'Ombre du Fouet est un Wu Xia Pian signé Lo Wei, cinéaste peu considéré décédé le 20janvier 1996. L'homme a pourtant révélé Bruce Lee, puis Jackie Chan, et grandement participé à la carrière de Jimmy Wang Yu et Cheng Pei Pei.

Après tant d'années d'oubli, le cinéaste a les honneurs de ré-éditions DVD par Celestial et L'Ombre du Fouet débarque en zone 2 dans la prestigieuse collection Shaw Brothers de Wild Side. Le film mérite t'il tant d'honneurs? Sans doute pas. Mais il ne mérite pas, non plus, l'avalanche de mauvaises critiques, pour ne pas dire de quolibets, lancé à son égard. C'est, simplement, un honnête divertissement, bénéficiant de chorégraphies assez sommaires mais rythmées et distrayantes.

La vision de Cheng Pei Pei, frappant ses adversaires à coup de fouet possède d'ailleurs un certain attrait. Dommage que l'utilisation des câbles soit si maladroite, surtout lorsque les personnages se piquent d'effectuer un petit vol plané d'un coin à l'autre du cadre.

Au niveau du scénario, peu à en dire, si ce n'est que chaque péripéties semblent attendues et que le moindre twist de scénario est, au mieux, prévisible, au pire, risible. Cela dit, on ne risque pas de maux de tête et les spectateurs lassés des circonvolutions de Chu Yuan, par exemple, pourrait apprécier cette intrigue linéaire qui invite immédiatement à passer en pilotage automatique et a laisser son cerveau en veilleuse.

Une des originalités du métrage réside sans doute dans l'utilisation de superbes paysages enneigés rappelant un peu le classique Le Grand Silence. Mais Lo Wei n'utilise pas suffisamment ces décors pour rendre son film véritablement attrayant. Il ressort d'ailleurs de l'ensemble une désagréable impression de bâclage, comme si personne n'avait vraiment voulu s'investir.

Les acteurs font leur boulot sans beaucoup d'effort, le chorégraphe veille à ne pas se compliquer la vie, le scénariste a gribouillé un semblant d'histoire sans se soucier de vraissemblance et Lo Wei filme le tout à l'économie, pour ne pas dire platement. Le film semble aussi particulièrement vieillot et, quoique tourné au début des seventies, il renvoie directement aux tout vieux Wu Xia du début des années soixante.

Reste que tout n'est pas noir pour autant. Le rythme, par exemple, s'avère efficace et entrainant. Avouons qu'avec une heure quinze au compteur, le cinéaste n'a guère de mal à éviter les longueurs. Comme il ménage une petite dizaine de combats sur un temps aussi bref, L'Ombre du Fouet en donne néanmoins au public pour son argent.

En définitive, il se laisse donc regarder, sans grand passion mais sans véritable ennui non plus. Il est toutefois évident qu'une seule vision suffit!