SEX AND ZEN

Titre: Rou Pu Tuan Zhi Tou Qing Bao Jian
ou:  
Réalisateur: Michael et Johnny Mak
Interprètes: Amy Yip

 

Lawrence Ng
Lo Lieh
Kent Cheng
Elvis Tsui
 
 
Année: 1991
Genre: Comédie érotique
Pays: Hong Kong
Editeur HK Video
Violence: * *
Erotisme: * * * *
Suite: Sex & Zen 2

85%

Résumé:

Le seigneur Ming, jaloux que son valet possède un membre viril plus grand que le sien, le castre d'un coup de couteau. Ensuite, pris de remord, il se rend chez un guérisseur qui décide, ni plus ni moins, de lui greffer le membre énorme d'un authentique étalon! Heureux de sa nouvelle virilité, Ming décide de tester ses capacités sur les servantes et autres jeunes filles passant à sa portée.

 

 

Critique:

Le cinéma érotique chinois recèle des trésors sans commune mesure avec les mornes productions occidentales. La raison en est simple: le soin incroyable apporté à ces films, du moins aux meilleurs d'entre eux.

Johnny et Michael Mak, réputés pour le très violent polar "The Long Arm Of The Law" reviennent avec ce démarquage polisson des fameuses "Chinese Ghost Story" de Tsui Hark. Superbement filmé, doté d'un scénario amusant et inventif, plein d'humour et de péripéties paillardes, "Sex & Zen" montre un réel investissement de la part d'une équipe motivée.

Les actrices sont absolument magnifiques, les acteurs souvent hilarants (oui, Lo Lieh est bien le légendaire artiste martial de " La Main de Fer"!) et la photographie splendide. Le cinéaste, très inspiré, offre donc un petit classique de l'érotisme, un mélange détonnant de séquences émoustillantes et d'humour cantonais plus ou moins efficace.

Pour le premier ingrédient, le film propose une série de scènes très chaudes quoique purement suggestives. Johnny Mak utilise des cadrages astucieux et des voiles afin de dissimuler les foufounes des actrices (mais pas toujours!) et utilise des ombres (chinoises bien sûr) et contrechamps pour détailler le membre dressé de son héros / étalon. Tout en suggestion, "Sex & Zen" ne montre pas plus de chair dénudé qu'une publicité pour déodorant mais s'avère plus excitant et enthousiasmant que 99, 99% de la production porno pure et dure!

La raison en est simple: l'imagination sensuelle est au pouvoir, comme en témoigne une scène d'amour dans un baquet d'eau inspirée par le chef d'oeuvre précité, "Histoires de Fantômes Chinois". On note aussi une séquence qui montre une coquine calligraphier des poèmes à son amant après avoir introduit un pinceau dans son intimité. Et, bien sûr, le passage le plus célèbre: deux lesbiennes à quatre pattes se donnent mutuellement du plaisir à l'aide d'une flûte astucieusement utilisée.

Les autres scènes « hot » sont plus classiques mais néanmoins efficaces et font intervenir le bondage, la flagellation et des nymphettes enchaînées. Comme disait Daho, tous les goûts sont dans la nature et le métrage montre de manière positive le sexe sous toutes ses formes.

Niveau comédie, le spectacle est très drôle, quoique évidemment vulgaire et immanquablement situé sous de la ceinture. Nous sommes en présence d'une comédie paillarde, pas toujours très fine, mais supérieure aux pantalonnades ricaines style "American Pie" ou autre "Porky's". Citons ainsi le kata martial qui réveille une virilité défaillante, le serviteur embarrassé de devoir réveiller - par fellation - l'énorme membre de son maître ou les commentaires impressionnés des courtisanes devant le sexe monstrueux du héros.

Bref voici un divertissement libertin et bourré d'humour, absolument irrésistible, qui s'élève au rang de quasi chef-d'oeuvre à tous les niveau. Il existe deux suites et de nombreuses imitations, comme "Erotic Ghost Story".