LE SANG DU DRAGON

Titre: inconnu
ou:  
Réalisateur: Li Kuan (?)
Interprètes: Tien yeh (?)

 

Lu Fang (?)
 
 
 
 
 
Année: 197?
Genre: Horreur / Kung Fu / Erotisme
Pays: Hong Kong ? Taiwan ?
Editeur Bach Film
Violence: * * *
Erotisme: * * *
Suite:  

25%

Résumé:

 

 

Critique:

Film mystérieux, ce Sang du Dragon est une toute petite production inidentifiable datant probablement de la fin des seventies. Il s'agit d'un métrage bancal qui tente de nombreux compromis et s'inscrit dans la plus pure tradition du cinéma d'exploitation. A ce niveau, tout y passe. Le spectateur va donc recevoir sa dose de kung-fu, de la violence, de fantastique, d'horreur et même de gore et de sexe. A priori un programme plutôt sympa. Mais le résultat est malheureusement catastrophique. Et ce à tous les niveaux!

L'intrigue est assez simple et un brin confuse. En gros, ça parle de cadavre disparu, d'une fille qui est le sosie d'une autre, décédée et de bien d'autres choses encore. Le cinéaste fait ce qu'il peut pour instaurer une certaine ambiance et abuse des clichés de l'épouvante à l'ancienne sans parvenir à inquiéter une seule seconde.

Le métrage continue ensuite dans une direction beaucoup plus proche du film martial de série Z et les combats se multiplient sans que le spectateur n'y voie grand-chose. D'abord ce n'est pas très bien filmé. Ensuite l'action se déroule durant la nuit. Et enfin la qualité de l'image est piètre et sous-exposée.

Bref, c'est franchement médiocre. Les bastons sont assez quelconques, avec des coups manifestement non portés et des chorégraphies sommaires mais bon, ça passe quand même. Le niveau est potable mais sans rien de mémorable et dans ce genre de kung fu Z c'est vraiment un gros défaut. A éviter, donc!

Arrive ensuite un coté Ghost Kung Fu Comedy avec prêtre taosite, possédés et scènes d'horreur. Un coeur volant tue les gens, quelques membres sont tranchés, des yeux sont mêmes arrachés. Rien de fameux non plus mais des effets gore basiques sympathiquement mal fichus. On trouve aussi des séquences érotiques totalement inutiles: une scène d'amour parachutée dans le métrage pour offrir deux minutes de nudité à l'amateur et quelques passages timidement sadiques avec des filles battues et violées.

Pour terminer les deux héros de l'histoire combattent le big boss des méchants. Là aussi c'est sympa mais sans génie. Finalement, le bilan est fort négatif et sans grand intérêt. Le produit se rapproche par l'esprit d'Au Pays de la Magie Noire, également sorti chez Bach mais s'avère incapable de contenter le fan de bis. Tous les éléments nécessaires à un bon nanar sont présents (sexe, gore, kung-fu) mais tellement mal fichus et piteusement mis en place qu'il est difficile de trouver un quelconque intérêt à l'ensemble.

Un des plus mauvais titres de la collection!