LE CRI QUI TUE

Titre: Return of Bruce
ou: Le Cri de la Mort
ou: The Dragon's Return
Réalisateur: Jospeh Velasco
Interprètes: Bruce Le

 

Kenneth Riviero
Meng Fei
Lo Lieh
 
 
 
Année: 1977
Genre: Bruceploitation
Pays: Taiwan
Editeur FIP - Ceinture Noire ou Bach Films
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

25%

Résumé:

Wong Lung découvre un traffic de femmes dans les bas-fonds de Manille, dirigé par le fameux Cruz. Après diverses péripéties, notre héros voit mourir son cousin, sa copine menacée et, bref, c'en est trop, il faut que justice soit faite!

 

Critique:

Voici une bruceploitation vraiment sans intérêt, réalisée par le spécialiste Joseph Velasco avec l'inévitable Bruce Le. Une paire également coupable de Return of Fist of Fury, des Six Epreuves de la Mort (excellent divertissement pour sa part) et même d'un certain Ninja Vs Bruce Lee. Ce dernier, malgré un titre alléchant, est en fait un film de montage reprenant des images des précédents films de Bruce Le.

Bref, ici nous avons droit au scénario basique du film de kung-fu standard de l'époque. Bruce Le joue un certain Wong Lung, à la recherche de ses parents à Manille. Il rencontre un jeune gamin des rues qu'il va prendre sous son aile et tombe sur un réseau de traite de femmes. Le seul véritable intérêt de l'intrigue réside dans ses emprunts forcenés aux classiques de Bruce Lee. Personnages, musique, gimmicks et mimiques sont passés en revue avec un enthousiasme forcené. Lorsque Bruce Le se bat, il miaule comme un chat en rut, se touche le nez, goutte son sang, arrache les poils des vilains pas beaux, etc. La totale! Au début (disons pendant quinze minutes), ce pillage peut amuser l'amateur conciliant. Ensuite, cela devient lassant, pour ne pas dire pitoyable. Le scénario se poursuit donc tranquillement, sans beaucoup de cohérence et les scènes se succèdent sans parvenir à passionner le spectateur un seul instant. Quelques gags et séquences "humoristiques' bien lourdes sont aussi de la partie, surtout grâce (!) à un insupportable truand maigrichon qui accumule les clichés "grande folle".

Pour meubler, le cinéaste (enfin c'est un grand mot) mise donc sur les combats. Ils sont nombreux, c'est vrai et on peut dire qu'on en a pour son argent en quantité. Hélas, ils ne sont vraiment pas terribles. Les coups semblent hésitant, les chorégraphies quelconques et on voit bien que rien n'est porté. Parfois, dans certains kung-fu ce n'est pas particulièrement gênant car l'aspect délirant compense mais, ici, cela devient rapidement insupportable de médiocrité. Le final voit quand même Bruce Le combattre une vingtaine de types durant une petite demi-heure. Et comme c'est mal fait ça devient vite très ennuyeux, pour ne pas dire carrément soporifique. Le réalisateur essaie pourtant de nous tenir éveiller de toutes les manières possibles: un peu de violence gratuite, un peu de nudité gratuite,...Un peu mais trop peu.

Le doublage est bien pénible, peut-être pas autant que dans d'autres kung fu Z de cette même époque mais quelques répliques valent pourtant leur pesant de cacaouetes. Dommage que l'ensemble soit si mou et si peu passionnant. En bref, un gros ratage même si le final est assez original, puisque tout le monde meurt, excepté le gamin qui se retrouve, si on peut dire, à nouveau orphelin.

Le Cri de la mort qui tue (eh je veux dire Le Cri de la Mort ou le Cri qui tue selon les édition) est donc àéviter.