DR WONG ET LES PIRATES - IL ETAIT UNE FOIS EN CHINE 5
Titre: Huang Fei-hung zhi wu: Long cheng jian ba
ou: Once Upon A Time In China 5
ou: Wong Fei Hong 5
Réalisateur: Tsui Hark
Interprètes: Chiu Man Chuk

 

Rosamund Kwan
Mok Chung
Kent Cheng
Huang Yan-yan
 

                      
                      
Année: 1994
Genre: Aventures
Pays: Hong Kong
Editeur HK Video
Violence: * *
Erotisme: *

65%

Résumé:

Cette fois, le Dr Wong Fei Hong et ses nombreux disciples doivent affronter une horde de pirates sanguinaires qui rançonnent les habitants d'un petit village laissé à l'anarchie.

 

Critique:

Tsui Hark revient aux commandes du cinquième volet de la série, laquelle s'éloigne de plus en plus des préceptes initaiux. Il s'agit cette fois d'un pur divertissement et cela explique, en partie, la légitime déception du spectateur.

Les cinquantes premières minutes sont pauvres en action et Tsui Hark rechigne à montrer ses pirates. Ces scènes de combats, rapidement désamorcées, fonctionnent essentiellement sur l'humour. A l'image de l'ensemble du métrage qui adopte un ton très bande dessinée. La rivalité amoureuse entre Yee et May pour le coeur de Wong Fei Hong occupe une bonne partie de l'intrigue et alterne les séquences légères, joliment inventives, avec d'autres qui reposent sur un aspect comique légèrement indigeste.

Etonnament, le film change brutalement de ton dans sa seconde partie. Si celle-ci garde le même aspect serial amusant (combats délirants, grotte emplie de pièges, gadgets meurtriers, clichés inhérents aux "pirate movies" des fifties), Tsui Hark semble désabusé. Il porte sur le monde, par l'entremise de son héros, un regard un peu fataliste et paraît conscient qu'une page se tourne définitivement. Ainsi, le bon maître conclut l'aventure par un sentencieux "lorsqu'il n'y a pas de loi, c'est le chaos mais quant il y en a ce n'est guère mieux". A peine le village débarassé des pirates et deux troupes militaires rivales viennent en prendre possession: ne pouvant se mettre d'accord, les soldats s'entre-tuent. Fei-Hong, lui, préfère partir. Son action héroïque, finalement, n'aura guère eu de poids en cette période troublée, même si "c'est dans les temps chaotiques que se lèvent les héros".

Citons aussi le commerçant qui prend douloureusement conscience de son erreur devant les réserves de riz carbonisées. Un passage qui voit Tsui Hark renouer quelques peu avec les considérations précédemment énoncées par la saga.

Dommage que le rythme souvent languissant et l'équilibre mal maitrisé des différentes composantes sapent l'intérêt de l'ensemble. Humour, action, drame, romance, kung-fu, contexte historique, prétentions didactiques, divertissement,...tous les éléments qui firent le succès de la série sont présents mais, malheureusement, la recette miracle permettant de les lier de manière cohérente semble perdue depuis la fin du second volet. Ne reste donc qu'un film d'aventures regardable (et souvent agréable à suivre, avouons le) mais aux ambitions bien faibles par rapport au potentiel proposé sur le papier. Une certaine déception, donc.