O.C.T.B.

Titre: Organised Crime And Triad Bureau
ou: OCTB
Réalisateur: Kirk Wong
Interprètes: Danny Lee

 

Anthony WOng
Cecilia Yip
Roy Cheung
Elisabeth Lee
 
Année: 1994
Genre: Polar
Pays: Hong Kong
Editeur Asian Connection
Violence: * * * *
Erotisme: * *
Suite:  

75%

Résumé:

Un flic du bureau chardé de lutter contre le crime organisé traque un redoutable gangster et sa maîtresse.

 

Critique:

Un polar original mais pas toujours à la hauteur de sa réputation fort enviable. Le scénario est banal: une classique traque du gendarme et du voleur, mais l'intérêt est ailleurs. Ce sont manifestement les rapports entre le gangster et sa maîtresse qui intéresse Kirk Wong, et les méthodes de moins en moins conventionnelles utilisées par les flics.

Où sont les bons? Où sont les méchants? Difficile à dire. Dans le camp des forces de l'ordre, nous trouvons des types aux méthodes expéditives qui détournent l'argent d'un cambriolage pour financer leur enquête, torturent les suspects ou maquillent des preuves. Le tout dans la bonne humeur: ils rient de manière déplacée et finissent par tabasser en choeur un inspecteur de la police des polices intègre. Ces scènes soi-disant humoristiques ne sont vraiment pas à leur place et tirent franchement le film vers le bas.

Dans le camp des gangsters, le cinéaste détaille les agissements d'un chef de bande assez ignoble qui tue des innocents sans sourciller. Il recourt intensément aux services de prostituées devant sa maîtresse ("c'est rien, ce sont juste des putes") qui le protège mais paraît néanmoins épris de cette dernière. Les rapports de ce couple attachant toujours prêt à exploser constituent le meilleur du film, par exemple lors de la séquence où les amoureux épuisés se désaltèrent avec de l'eau stagnante dans une bâche. Un intermède poétique et bizarre pleinement réussi.

Techniquement, n'en attendez pas une réalisation exceptionnelle: c'est efficace mais sans plus. A savoir sec, précis, ramassé et soutenu par une musique assez quelconque. L'interprétation se défend, pour sa part, même si Danny Lee ne fait pas dans la finesse: voici un héros incorruptible, tout d'un bloc, aux motivations assez vagues. Anthony Wong est nettement plus convainquant dans son rôle de gangster torturé et déboussolé.

Le problème de ce "OCTB" est, finalement, d'être trop attendu: considéré comme un thriller culte, il s'agit plutôt d'un bon polar aux défauts trop évidents pour emporter pleinement l'adhésion. Le tout a, objectivement, un peu vieilli même si certains passages gardent leur force intacte, entre autre le très violent gunfight final.