OATH OF DEATH

Titre: Oath of Death
ou: Wan jian chuan xin
Réalisateur: Pao Hsueh-Li
Interprètes: Lo Lieh

 

Tien Feng
Wai Wang
Ling Ling
Cheung Pooi-Saan
Bolo Yeung
 
Année: 1971
Genre: Wu Xia / Epoque
Pays: Hong Kong
Editeur Celestial
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

70 %

Résumé:

La soif de pouvoir et une belle jeune femme mettent à mal les convictions de trois "frères" qui finiront par s'entretuer.

Critique:

OATH OF DEATH est un Wu Xia Pian assez classique qui ressemble beaucoup à un métrage ultérieur de la Shaw Brothers, à savoir BLOOD BROTHERS. Nous suivons donc les aventures de trois épéistes, nobles et courageux, qui décident de lutter pour renverser les envahisseurs Tartares. Chin Liang, Hsian Tu Pu et Ma Ching Ping se jurent donc d'être brave et honnête à la cause mais Ma Ching Ping (Tien Feng) finit par rejoindre l'ennemi.

A mi-film, Ma Ching Ping se laisse donc tenter par le pouvoir, la puissance et, disons le tout net, le côté obscur de la force. Il demande à ses anciens frères de s'allier avec lui mais ceux-ci refusent. Comme souvent, l'arrivée d'un personnage féminin aussi charmant que la dévêtue demoiselle jouée par Ling Ling mettra définitivement à mal cette belle amitié virile. La beauté entraînera la mort de Hsian Tu Pu et Ching Liang se verra contraint de le venger.

Le métrage est donc divisé en deux parties sensiblement égales, la première très classique et héroïque étant sans doute la plus divertissante grâce à un rythme rapide et de nombreux combats. La seconde moitié du film joue davantage la carte des intrigues politiques et se montre plus ambitieuse, quoique peut-être pas plus réussie. le film retrouve alors les travers de nombreux Shaw Brothers de cette époque en se montrant bien trop bavard pour convaincre l'amateur. Ensuite, comme la situation en arrive à un point extrême, les anciens amis n'ont d'autres choix que de s'affronter. Lo Lieh va s'imposer un entraînement drastique et quasiment inhumain pour devenir une véritable machine à combattre capable de rivaliser avec le redoutable Tien Feng.

Pao Hsueh Li réalisait là son premier film, après avoir été directeur photo sur une dizaine de métrages estampillés Shaw. Il deviendra ensuite le co-réalisateur attitré de Chang Cheh et les deux hommes travailleront ensemble sur de nombreux projets de qualité, à commencer par LE JUSTICIER DE SHANGHAI, la trilogie LA LEGENDE DU LAC ou encore le moins connu mais excellent THE PIRATE. Plus tard, Pao Hsueh Li seul livrera encore quelques œuvres notables comme LE NOUVEAU JUSTICIER DE SHANGHAI, IRON MONKEY 2: DUEL AT TIGER VILLAGE, LUTTE FEROCE A SHAOLIN ou, toujours pour le compte de la Shaw, le superbe SHADOW BOXER consacré au Tai Chi.

Néanmoins, on peut dire que Pao Hsueh Li avait déjà une belle maîtrise de la mise en scène dès ce OATH OF DEATH même si il ne peut se défaire de l'influence évidente de son maître Chang Cheh en reprenant les thématiques chères à celui-ci ainsi que la violence paroxystique d'un final qui vire à la boucherie pure.

D'ailleurs le combat final semble en rupture avec ce qui précède tant dans les 10 dernières minutes Pao Hsueh Li désire en offrir au spectateur pour son argent, quitte à verser dans un franc n'importe quoi réjouissant mais un brin déplacé. Reste que ce climax demeure mémorable et justifie à lui seul la vision de cette production honnête et même souvent efficace qui n'a que le tort, aujourd'hui, d'apparaître comme un brouillon un peu mal dégrossi du chef d'œuvre de Chang Cheh, BLOOD BROTHERS.

A voir de toutes façons!