SUR LA TRACE DU SERPENT

Titre: Nowhere to Hide
ou: injeong sajeong bol geot eobtda
Réalisateur: Lyung-se Lee
Interprètes: Joong Hoon Park

 

Sung Kee Ahn
Ji Woo Choi
Dong Kun Jang
 
 
 
Année: 1999
Genre: Polar
Pays: Corée du Sud
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: *
Suite:  

30%

Résumé:

Deux flics tentent de coincer un truand

Critique:

Précédé d'une bonne réputation, Sur la Trace du Serpent fut pourtant une vision pénible. Pour plusieurs raisons, dont la minceur du scénario. Une poursuite entre deux flics et un méchant tueur, en fait un simple prétexte aux expérimentations visuelles de Lee Myung-Se.

Ce dernier démontre un incroyable savoir-faire esthétique en filmant chaque séquence de manière originale et parfois même audacieuse. Pour muscler davantage les images, le réalisateur s'appuie sur une bande son très efficace et bien choisie.

Oui, nous sommes donc bel et bien en présence d'un video-clip movie, sous-genre bâtard lancé dès les années 80 avec les oeuvres de Russel Mulcahy et quelques autres.

Le problème c'est que ce type de métrage, très mode et branché à sa sortie, semble subir un vieillissement accéléré, au point qu'ils prennent un an tout les quinze jours, ou peu sans faut.

Des passages magnifiques visuellement mais totalement creux et artificiels, dans lesquels on ne ressent absolument rien, se succèdent donc sans grand souci de logique ou de progression dramatique. De la violence, de la comédie bien lourde, un coté terriblement clip...le tout culmine par la fameuse scène de l'assassinat sur les escaliers au son des Bee Gees. Le reste du métrage multiplie les fulgurances visuelles au service de pas grand-chose et la grosse techno hard-core fatigue les oreilles à la longue.

A l'image de Time And Tide de Tsui Hark, voici un polar qui sacrifie le fond à la forme et perd donc rapidement tout intérêt. Passé les vingt premières minutes où l'on a envie de crier "whouuuuuahhh" à intervalles réguliers le reste ne suit pas et l'ennui pointe son nez.

On retrouve les pires travers du cinéma pop-corn clip / pub américain et l'origine de Nowhere to hide ne doit pas aveugler le spectateur. Ce n'est pas parce qu'il vient de Corée que ce film doit être traité avec indulgence car on n'y retrouve aucune qualité du cinéma asiatique. Juste ses pires défauts.

Bref, l'ensemble est fatiguant, manichéen, prétentieux et même - défaut sans doute le plus rédhibitoire pour un thriller - ennuyeux. Mauvais, tout simplement.