MISSION: IMPOSSIBLE 2

Titre: Mission: Impossible 2
ou: M:I - 2
Réalisateur: John Woo
Interprètes: Tom Cruise

 

Dougray Scott
Thandie Newton
Ving Rhames
Anthony Hopkins
William R. Mapother
Année: 2002
Genre: Aventures / Espionnage
Pays: USA
Editeur  
Violence: * *
Erotisme: * *
Suite: Mission: Impossible 3

70%

Résumé:

 

Critique:

MISSION IMPOSSIBLE 2 reste le plus gros succès commercial de John Woo et, quoiqu'il soit fort inférieur à THE KILLER, BULLET IN THE HEAD et VOLTE / FACE, le métrage demeure indiscutablement lié à Woo. Politique américaine oblige, John Woo sera sûrement, encore quelques années, "le réalisateur de M:I - 2".

C'est la star Tom Cruise qui a imposé le réalisateur et le résultat est, forcément, un produit un peu bâtard qui cherche son identité en s'inspirant de James Bond, des thrillers de Hitchcock (et en particuliers des ENCHAINES), des métrages chinois de John Woo. Et, un peu aussi, de la série télévisée Mission: Impossible. Mais ce n'est pas le plus important.

Cruise effectue ici un véritable show: costume classieux, séquence d'introduction spectaculaire (sur une montagne), étalage de luxe et de cool attitude…On le devine désireux de devenir Calife à la place du Calife ou, plus clairement, James Bond à la place de Brosnam. Contrairement aux premiers métrages de Woo, considéré comme "trop chinois" par des producteurs désireux d'atténuer son style, MISSION: IMPOSSIBLE 2 offre aux fans les passages les plus attendus: ralentis artistiques, colombes s'envolant, fusillades "bigger than life", violence (censurée!) et les inévitables "un flingue dans chaque main" et autres "face à face en mexican stand off".

Le produit est donc étrange, Woo cherchant manifestement à apposer sa patte personnel sur un produit complètement étranger à son univers, à savoir la relecture / trahison d'une série télé classique par un Cruise décidé à en mettre plein la vue. Parfois, cela fonctionne. D'autres fois ces ajouts semblent surtout un peu ridicules, comme plaqués sur le script de manière artificiel.

Quoique certains aient pu prétendre, le premier MISSION: IMPOSSIBLE, malgré les libertés du script, ressortait davantage du domaine coutumier de Brian DePalma, aboutissant à une œuvre plus cohérente et maîtrisée. Rempli d'invraisemblances, ponctué de sentences définitives revenant à intervalles réguliers pour éviter que le spectateur américain lambda bouffeur de pop-corn (quelqu'un voit dans cette phrase des pléonasmes?) ne décroche d'un scénario pourtant simpliste mais artificiellement "compliqué" pour paraître intelligent, M:I 2 apparaît clinquant et un peu vide.

Pourtant, l'ensemble n'est pas mauvais pour autant. Après une première partie posée, avec jeu de chat et de souris, située dans le pur esprit Hitchcock / James Bond sixties, la seconde moitié donne dans la grosse action explosive.

Même si le tout fonctionne déjà beaucoup moins bien à la seconde vision (trop de ficelles, que dis-je, de câbles!), MISSION: IMPOSSIBLE 2 est un divertissement tout à fait acceptable et s'avère agréable à suivre dans les limites de ses ambitions, celles d'un blockbuster estival soigné et sans prétention.