LA FUREUR DES MAITRES DE SHAOLIN

Titre: Sahyeongsaje
ou: Masters of Tiger Crane
ou: Raging Master and Tiger Crane
Réalisateur: Wu Hyeong Choi
Interprètes: Hwang Jang Lee

 

Billy Chan
Benny Tsui
Wu-woong Choi
 
 
Année: 1983
Genre: Kung Fu Comedy
Pays: Corée du Sud
Editeur Bach Films
Violence: * *
Erotisme: *
Suite:  

50 %

Résumé:

Ûn jeune homme, aidé par un vieux maître du kung fu, va combattre les méchants et venger un grand prêtre kidnappé.

Critique:

Cette petite production est une énième copie du Drunken Master avec Jackie Chan. Et même si elle commence très bien, le niveau va rapidement baisser pour virer à la comédie kung fu débile et bas de gamme. Le premier combat, qui intervient très vite est pourtant prometteur. Il faut dire que le méchant est Hwang Jang Lee, un des artistes martiaux les plus impressionnants de tous les temps. Ses kicks sont d'une puissance incroyable et constituent un spectacle dont on peut difficilement se lasser. Même dans les pires sous-produits, les aptitudes physiques du bonhomme parviennent à sauver les meubles. Hélàs, il a tourné dans beaucoup plus de navets que de bons films et cette Fureur des Maîtres de Shaolin, quoique passable, n'est pas vraiment une grande réussite.

Le gros problème réside dans les passages comiques qui sont bien trop nombreux pour ne pas ennuyer les fans de kung fu pian. Pires, ces séquences soi-disant drôles ne le sont presque jamais, laissant le spectateur regarder sa montre à intervalles réguliers dans l'attente qu'il se passe de nouveau quelque chose. Il faut donc supporter près de trois quart d'heures de gags indigestes, encore rendus plus insupportables par un doublage français affligeant, avant que l'action ne reprenne. Le rythme s'accélère alors et, passé l'heure de métrage (ah oui, quand même!), le tout devient nettement plus enthousiasmant. A ce moment le jeune héros à appris les arts martiaux et les combats s'enchaînent sans temps morts jusqu'au duel to the death final avec l'immense super kicker Hwang Jang Lee particulièrement en formes.

Malgrè l'énergie et la puissance de cette petite demi-heure, le métrage ne parvient pas vraiment à convaincre, tant la première partie s'avère difficile à supporter. En résumé, un ratage en partie sauvé par son très bon final mais n'en espérez pas trop, vous seriez déçu!