A MAN CALLED HERO

Titre:

Zhong hua ying xiong

ou: Chinese Hero
Réalisateur: Andrew Law
Interprètes: Ekin Cheng

 

Shu Qi
Yuen Biao
Francis Ng
 
 

 

 

 

Année: 1999
Genre: Wu Xia Pian / Fantasy
Pays: Hong Kong
Editeur Asian Star
Violence: * *
Erotisme: * *
Suite:  

30%

Résumé:

Un expert en arts martiaux nommé Hero découvre, en rentrant chez lui, toute sa famille massacrée. Bien sûr, il décide de se venger et, le soir même, il tue les assassins. Sa revanche accomplie il fuit aux Etats-Unis et assaie de s'intégrer dans ce nouveau pays afin de rebâtir sa vie. Malheureusement, une malédiction pèse sur son destin.

 

Critique:

L 'Asie s'est découvert son Michael Bay, à savoir un réalisateur peu inspiré totalement tributaire de la qualité de son script et du talent de ses collaborateurs. A l'instar de son collègue ricain, Lau à la fâcheuse tendeance à confondre réalisation hystérique avec sens du rythme et montage épileptique avec narration complexe. Voici donc une production bêtement tapageuse, vulgaire, commerciale, racoleuse, gratuite et tape à l'oeil, à l'image de son blockbuster précédent, "The Stormriders".

Hélas, si le film précipité pouvait divertir un soir d'ennui, il n'en est pas de même de ce "Man Called Hero" qui additione les scènes insipides et les dialogues sans intérêt.

Andrew Lau, dans un vain souci de masquer par l'excès la médiocrité d'un scénario rabâché, accumule les personnages et les sous-intrigues superflues. Le résultat, une pitoyable tentative de mélanger les fresques épiques de Sergio Leone au Wu Xia Pian nouvelle vague (style "Duel To The Death"), débouche sur un grand vide.

Les acteurs sont globalement mauvais ou sous-employés: Ekin Cheng a peu de talent et guère de charisme dans ce rôle, les stars Yuen Biao et Francis Ng, censées donner une certaine crédibilité au projet, récitent leur texte d'une main et enpoche le chèque de l'autre et Shu Qi est très jolie en costume japonais (!). On ne lui en demande pas plus, sans doute.

Reste un combat final très manga dans lequel le méchant fait voler les pavés pour les jeter sur Hero, le héros (quelle imagination! A quant un méchant nommé Bastard ou Asshole?) avant de pulvériser une partie de la Statue de la Liberté. Les effets spéciaux sont passables mais la séquence en jette un maximum ce qui, malheureusement, accentue le vide abyssal de ce qui précède.

Objectivement, "A Man Called Hero" est un mauvais film et, quant une industrie autrefois innovante s'abaisse à copier les pires sous-produits américains ont peut légitimement se poser des questions. A éviter!