OEIL POUR OEIL

Titre: Lone WOlf Mc Quade
Réalisateur: Steve Carver
Interprètes: Chuck Norris

 

David Carradine
Barbara Carrera
Leon Isaac
L.Q. Jones
 

                      
                      
                      
                      
Année: 1983
Genre: Polar / action
Pays: USA
Editeur MGM
Violence: * *
Erotisme: * *
Suite:  

75%

Résumé:

Après une nouvelle opération musclée, le Texas Ranger Jim J. McQuade revient à El Paso où son supérieur lui reproche ses méthodes expéditives. Au cours d'une fête équestre, McQuade rencontre Lola, une veuve vivant sous l'emprise d'un cruel trafiquant d'armes, Rawley Wilkes. Lorsque ce-dernier s'en prend à sa fille et tue son vieux copain Dakota, McQuade décide de prendre les choses en main.

 

Critique:

Certains acteurs ont joués tant de mauvais films que leur réputation est faite. Au point que lorsqu'ils tournent un long-métrage réussi, la critique le rejette en bloc. Peut-être même, parfois, sans avoir regardé le film en question. Ainsi en est-il de Chuck Norris, un bon prétendant au titre de "star du nanar". Pourtant, on se doit de signaler les rares réussites d'une filmographie largement plus riche en bas qu'en haut. Et, indéniablement, "Oeil pour Oeil" reste le meilleur film de Chuck Norris. Et un sacré bon film tout court!

Ici, l'acteur trouve enfin un rôle à sa mesure, celui d'un Texas Ranger (qui ne s'appelle pas encore Walker mais bien McQuade) qui parle peu mais qui agit efficacement. Stéréotypé et cliché ce McQuade? Sans doute. Mais Norris s'implique suffisamment dans son interprétation pour que l'on soit convaincu par ce personnage monolithique.

Face à lui, on trouve un autre acteur à la filmographie assez pauvre, l'inévitable bad guy David Carradine ("il est aussi bon combattant que je suis bon acteur, c'est vous dire" affirmait Norris à l'époque et non sans humour) qui joue tout en force: ce n'est plus un simple gangster, c'est carrément l'incarnation du mal!
Niveau scénario, les auteurs n'ont pas cherché la subtilité mais accouchent d'une intrigue classique et efficace qui s'inspire effrontément des westerns spaghetti. Avec un certain bonheur pour les nostalgiques. La musique de Francesco de Masi évoque irrésistiblement celle de Ennio Morricone pour la trilogie des dollars de Sergio Leone. On a connu pire référence.

Les personnages secondaires, pour leur part, sont bien décrits et leurs relations demeurent crédibles, sans verser dans le film d'auteur, évidemment. Mais ce n'est pas ce qu'on cherche ici, n'est-ce pas? L'amateur aura aussi droit à une scène érotique vulgaire qui voit Chuck Norris et Barbara Carrera se vautrer dans la boue. Un moment décalé et bis qui rappelle l'influence des produits d'exploitation italiens des seventies. La mise en scène est correcte, sans plus ni moins, mais, là aussi, le but n'est pas vraiment d'innover, seulement de mettre en valeur les combats et autres fusillades. Mission bien remplie d'ailleurs. Steve Carver a rarement fait aussi bien. Mais il a souvent fait bien pire.

Le combat final, entre Carradine et Norris, remplit parfaitement son contrat. Les amateurs d'action devraient vraiment apprécier ce pur divertissement, à savourer sans prétention.