LES 18 ARMES LEGENDAIRES DU KUNG FU

Titre: Legendary Weapons Of China
ou:  
Réalisateur: Lui Chia-liang
Interprètes: Lui Chia-liang

 

Gordon Lui
Kara Hui
Alexander Fu Sheng
 
 
 
Année: 1982
Genre: Kung fu
Pays: Hong Kong
Editeur Wild Side
Violence: * * *
Erotisme: *
Suite:  

70%

Résumé:

Chine, peu avant la révolte des Boxers. Un maître des arts martiaux décide d'abandonner le combat lorsqu'il se rend compte que la boxe divine ne permet pas de survivre face aux armes des Occidentaux. Refusant de sacrifier davantage de disciples pour une quête chimérique de l'invincibilité, il se retire. Mais trois combattants sont sur ses traces.

Critique:

Très discuté, LES 18 ARMES LÉGENDAIRES DU KUNG FU est un des derniers classiques de Liu Chia-liang pour le compte de la Shaw Brothers. Certains l'ont intronisé "meilleur kung-fu de tous les temps", d'autres le trouve ennuyeux.

La belle édition DVD de Wild Side permet donc de se forger - enfin - une opinion sur ce métrage important réalisé par le seul et unique Sifu.

Le scénario, pour commencer, ne brille pas par son originalité: un maître vivant reclus, des combattants décidés à le retrouver, pour recevoir son enseignement ou le tuer. Mais Liu Chia-liang offre à ce postulat classique quelques belles variations en utilisant la "boxe spirituelle", autrement dit les pouvoirs magiques. Et, bien sur, les 18 armes qui donnent son titre à ce métrage énergique.

On trouve donc quelques considérations symptomatiques de Liu Chia-liang, entre autre un jeu sur les faux semblants où intervient la magie, vraies et fausses. Et sur le rôle des personnages: de petits escrocs se prétendent experts alors qu'un très grand maître reste à l'écart des combats. Autre sujet de réflexion: la fin annoncée du règne des boxeurs, lesquels ne peuvent plus lutter à armes égales puisque les Occidentaux utilisent des fusils. Seul Gordon Liu s'accroche imperturbablement à cette illusion, convaincu que son corps, surentraîné, saura arrêter les armes. Il prendra conscience de son erreur en affrontant Liu Chia-liang lors d'un superbe combat. "Si mes doigts peuvent te blesser, comment espères tu arrêter les balles?" déclare le Sifu. Gordon Liu, finalement convaincu, brisé, n'aura d'autres choix que de se retirer à Shaolin. En revoyant cette scène, tournée alors que la Shaw Brothers s'apprêtait à fermer ses portes, ont ne peut s'empêcher d'y voir un parallèle: le temps des héros martiaux est révolu, les années suivantes appartiendront aux "porteurs de flingues". Pour le cinéma kung-fu aussi une page se tourne, laissant la place aux polars style "heroic bloodshed".

L'aspect martial des 18 ARMES LEGENDAIRES DU KUNG FU est, de son côté, bien développé. Les séquences de combats succèdent aux scènes d'entraînement, tour à tour sérieuses et bouffonnes, et les 18 armes principales sont utilisées successivement dans le monstrueux combat final. A cette occasion leur nom apparaît même à l'écran lorsque les experts Lui Chia-liang et son frère Lau Kar-wing s'en emparent pour s'affronter. A leur côté, nous retrouverons Kara Hui et Hsiao Ho, ainsi qu'Alexander Fu Sheng dans un rôle plus secondaire. Tous sont très convaincants, tant d'un point de vue dramatique que dans leurs démonstrations martiales.

Mais le film souffre malheureusement de quelques faiblesses qui empêchent de le considérer comme un classique absolu. Si tout commence très fort avec un générique typique des Shaw de l'époque (de belles démonstrations!) et se poursuit brutalement avec une série de scènes gentiment gore, le soufflé retombe ensuite. L'aspect comédie prédomine alors durant trois bons quarts d'heure, alternant quelques gags efficaces avec d'autres beaucoup moins réussis et parfois même maladroits et poussifs. Le combat principal de Fu Sheng, entièrement truqué, est pourtant une belle réussite tant le cinéaste s'amuse à démonter les trucs de prestidigitateurs utilisés pour tromper le public. Difficile de ne pas voir un clin d'œil, pour ne pas dire une attaque à peine voilée envers Chang Cheh, lorsque Fu Sheng, prétendument éventré, remet ses (faux) intestins en place et déclare "pourquoi devrais donc mourir?".

Le passage comique suivant, un long combat près d'une sorte de toilette publique, est beaucoup plus lourd, chacun finissant recouvert par de l'eau souillée d'excréments. Les imitations du chat et de la souris par deux voleurs cachés dans un grenier ne sont, elles aussi, qu'à demi convaincantes: l'humour tombe un peu à plat et ruine une séquence sinon plutôt sympathique. Un peu plus tard, les deux personnages, perchés en haut d'une ruelle étroite, crachent sur le chapeau de Gordon Lui pour simuler une averse et ne pas se faire remarquer. L'idée n'est pas mauvaise mais le gag est insuffisamment développé pour arracher au spectateur autre chose qu'un sourire indulgent.

Durant la seconde partie, Lui Chia-liang délaisse heureusement l'humour pour retrouver un ton beaucoup plus sérieux. Les combats, eux, sont toujours aussi bons, chacun des protagonistes ayant droit à une véritable petite exhibition, jusqu'au final colossal opposant les deux frères. Avec le final dantesque de ODD COUPLE, voici probablement le plus grand affrontement "armé" jamais vu sur un écran de cinéma. Des mouvements rapides, puissants, précis: un duel titanesque!

Dommage pourtant que LES 18 ARMES LEGENDAIRES DU KUNG FU ne soit pas toujours à la hauteur de sa réputation. Difficile de ne pas pester devant certains décors et effets bas de gamme, indignes des grandes réussites de la Shaw Brothers. Mais cette année 1982, une époque de fin de règne, explique sans doute pourquoi Liu Chia-liang n'a pas bénéficié d'un budget plus conséquent. Même ceux - nombreux - qui apprécient le côté parfois kitsch de certains décors et costumes des productions Shaw admettront le manque de finition de certaines scènes manifestement tournées à la va-vite.

Les personnages auraient également mérité un développement plus poussé, évitant un aspect parfois caricatural et simpliste des relations humaines. Et, enfin, quelques gags auraient gagnés à être élagués ou à bénéficier d'un peu plus de finesse. Néanmoins, malgré de nombreux défauts, LES 18 ARMES LEGENDAIRES DU KUNG FU offre un spectacle enthousiasmant et plein de punch.

Si on s'ennuie un peu durant les 45 premières minutes (un peu seulement!), les suivantes sont à la hauteur des attentes et le contrat est donc, globalement, bien rempli!