LE DERNIER TEMOIN

Titre: The Last Witness
ou: Heugsuseon
Réalisateur: Chang-ho Bae
Interprètes: Jung-Jae Lee

 

Sung-kee Ahn
Mi-yeon Lee
Jun-ho Jeong
 
 

 

Année: 2001
Genre: Polar
Pays: Corée
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

60%

Résumé:

Une enquête du détective Oh va le plonger dans le passé le moins reluisant de l'histoire récente de la Corée.

Critique:

LE DERNIER TEMOIN est un nouvel exemple de ce que l'on appelle le "blockbuster à la Coréenne", un terme qui prête à confusion car l'étiquette n'a pas vraiment la même signification qu'aux USA. On devrait davantage parler de cinéma commercial, visant essentiellement le divertissement mais tentant malgré tout d'élever le propos par quelques considérations politiques ou sociales. Dommage que, dans le cas de ce film, tout ça ne fonctionne pas vraiment.

Tout d'abord nous sommes en présence d'un récit axé enquête policière, dans un esprit très polar, ponctué de passage intimiste et d'un côté dramatique se voulant poignant. La jaquette est à ce niveau franchement trompeuse et les amateurs d'action se sentiront légitimement floués, même si plusieurs séquences mouvementées - et bien menées - sont de la partie.

Le cinéaste Bae Chang-Ho se lance donc dans une intrigue policière plutôt efficace mais très convenue qui remue bien des souvenirs pas spécialement reluisants de l'Histoire de la Corée. Un peu comme dans le superbe JOINT SECURITY AREA mais nous sommes loin d'atteindre un tel niveau d'excellence!

Pourtant le métrage commence plutôt bien et déroule une enquête relativement prenante qui multiplie adroitement les flash-back pour ne pas ennuyer le spectateur. Un souhait seulement à demi réussi car il faut avouer que certains passages sont vraiment longuets et peu passionnants. Heureusement, une photographie fort belle, des interprètes convaincants et des moyens suffisants permettent au cinéaste de s'élever un peu au dessus du tout venant, particulièrement lors d'un climax certes attendu mais au potentiel émotif réussi.

Le réalisateur démontre surtout son talent formel et livre une mise en scène ample et gracieuse, spectaculaire et belle sans verser dans les poncifs du bêtement tape à l'œil. Evidemment, on retrouve quelques tics stylistiques un peu pénibles, comme les passages sous la pluie coutumiers des longs-métrages coréens ou les ralentis intempestifs, une façon de filmer qui commence doucement à lasser.

Reste que le tout manque cruellement de rythme et n'arrive jamais à faire entrer le spectateur dans cette histoire tragique et encore moins à l'intéresser au destin de ces êtres humains brisés par la guerre. Pas spécialement déshonorant, THE LAST WITNESS se traîne néanmoins et aboutit à un résultat tout juste correct.

Il se laisse donc regarder d'un œil distrait, sans plus, et s'oublie aussitôt.