LADY WITH A SWORD

Titre: Feng fei fei
ou: Lady With A Sword
Réalisateur: Kuo Pao-Shu
Interprètes: Bruce Leung

 

Lily Ho
Wong Hap
Chow Kong
 
 
 
Année: 1971
Genre: Wu Xia
Pays: Hong Kong
Editeur Celestial
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

65%

Résumé:

Une jeune femme décide de venger la mort de sa soeur qu'un individu voulait violer...mais elle apprend que l'individu en question est son fiancé!

Critique:

LADY WITH A SWORD est un Wu Xia typique de son époque, à savoir le début des années 70, et s'apparente souvent davantage à un drame cornélien ponctué de combats qu'à un pur délire martial comme le seront les productions ultérieurs. Il donne la vedette à une femme, une tradition bien ancrée dans le cinéma de cape et d'épée chinois qui déclinera ensuite sous la poussée de réalisateurs comme Chang Cheh.

LADY WITH A SWORD présente la particularité assez rare d'avoir également été mis en scène par une femme, Kuo Pao-Shu, alors âgée de 32 ans. Actrice dans pas mal de métrages martiaux (elle a débuté une douzaine d'années plus tôt), Kuo Pao Shu (décédée en 2000) faisait là ses débuts directoriaux. Elle tourna encore une poignée de films dont le plus connu (tout est relatif) est sans doute son dernier, le nerveux THE MASTER STRIKES avec Casanova Wong en 1980.

L'intrigue concerne donc une jeune femme nommée Feng Ying Ying qui rentre chez ses parents avec son fils. Attaquée par des voyous qui veulent la violer, elle se défend et suscite ainsi la colère du chef des assaillants, qui finit par la tuer sans raison, dans un accès de colère. Le petit garçon parvient, lui, à s'échapper et trouve refuge dans sa famille. Là, sa tante, Fei Fei (Lily Ho), apprend la vérité et décide de venger la mort de sa sœur. Mais elle découvre alors que le meurtrier de sa sœur n'est autre que le jeune noble qu'elle doit épouser…

LADY WITH A SWORD n'est pas le plus compliqué des Wu Xia mais cette intrigue simple s'avère plutôt une qualité. Kuo Pao-Shu privilégie les personnages et leurs tourments et ne verse pas dans les intrigues quasiment incompréhensibles à force de twists et de trahisons, un travers qui se développera dans les Shaw Brothers des années ultérieures. Si l'aspect dramatique prédomine, les combats sont cependant relativement nombreux et tout aussi typiques de cette époque, avec son usage un peu maladroit des trampolines, des effets de caméra (sauts filmés en arrière par exemple) et des câbles.

Mais ils sont suffisamment divertissants et sanglants pour que l'amateur passe néanmoins un bon moment. En résumé, LADY WITH A SWORD ne peut certes pas prétendre rivaliser avec les grands classiques de la Shaw Brothers mais il reste une vision conseillée pour les fanatiques du mythique studio.