THE KILLER
Titre: Dip huet seung hung
Réalisateur: John Woo
Interprètes: Chow Yuen Fat (Jeff)

 

Danny Lee (Inspecteur Lee)
Sally Yeh (Jenny)
Chu Kong (Sidney Fung)
Barry Wong (Inspecteur Tu)
Kenneth Tsang (Sergent Chang)

Année: 1988
Genre: Polar
Pays: Hong Kong
Editeur HK Video
Violence: * * * *
Erotisme: * *
Suite:  

95%

Résumé:
Le tueur à gages Jeff accomplit un contrat dans un nightclub. La flamme de son arme aveugle une jeune chanteuse nommée Jenny, qu'il prend alors sous son aile. Il décide d'arrêter ses activités criminelles après une dernière mission dont les recettes pourraient financer l'opération destinée à rendre la vue à Jenny.

 

Critique:

Le sommet du cinéma de John Woo et un des chef d'oeuvres absolus de l'histoire, tout genre confondus! Un grand moment qui marque le sommet de l'heroic bloodshed. Mélodrame complexe aux personnages bien dessinés, plongés dans une spirale de violence dont ils ne sont plus maître, THE KILLER puise autant dans les polars de Melville (en particulier LE SAMOURAI dans lequel Delon incarnait un tueur noble et romantique nommé Jeff) que dans le cinéma viscéral selon Peckinpah. Au niveau de l'intrigue, John Woo avoue également, dans les bonus, s'être largement inspiré du polar japonais THE OUTLAW.

Les intérprètes sont évidemment pour beaucoup dans la réussite du métrage, en particulier Chow Yuen Fat dont la classe sert admirablement le film. Danny Lee, souvent sous-exploité ou condamné à répéter invariablement la même prestation de flic aux méthodes expéditives trouve ici le juste équilibre entre son désir de coincer le tueur et sa compréhension du personnage. Chu Kong, dans son rôle de vieux tueur à gages déboussolé par un monde où l'honneur et la loyauté n'ont plus cours apporte également beaucoup au métrage.

Séquences romantiques, fusillades bigger than life et passages devenus immédiatement cultes (dont les deux flingues de Chow Yuen Fat ou la double mise en joue à bout portant des adversaires), bref, tout à déjà été dit et redit sur ce classique que chacun a vu. Il ne reste donc qu'à le revoir.

Le double DVD propose le métrage en version longue ou courte (internationnale). La première est intéressante (VO sous-titrée only) mais demeure anecdotique, d'autant que la copie est assez médiocre. On lui préfère donc la version dite courte (raccourcie de vingt minutes) que John Woo considère d'ailleurs comme son director's cut, qu'il approuve totalement. Cette version bénéficie d'une belle copie 16/9 et d'une bande son cantonnaise sous-titrée ou doublée. Mieux équilibrée et rythmée, elle est objectivement supérieure. Le reste des bonus est occupé par une intéressante interview de John Woo et Tsui Hark où l'on apprend pas mal de choses intéressantes (l'incompréhension de l'équipe devant le désir de Woo de proposer un film avant tout romantique et non une resucée du SYNDICAT DU CRIME, la manière très instinctive dont furent montées les fusillades, le casting envisagé au départ, à savoir Waise Lee et Ti Lung)