JUST HEROES

Titre: Iddaam kwan ying
ou: Tragic Heroes
Réalisateur: John Woo & Wu Ma (+ Danny Lee & David Chiang)
Interprètes: David Chiang (Wai)

 

Danny Lee (Sou)
Chen Kuen-tai (Tai)
Stephen Cow Sing-chi (Jackie)
Wu Ma (Mah)
Ti Lung (Loon)
Bill Tung (Oncle Gwai)
Ku Feng
Philip Ko
Lo Lieh
Yueh Hua
Année: 1990
Genre: Action
Pays: Hong Kong
Editeur HK Video
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

70%

Résumé:

Le Parrain Tsao a trois fils adoptifs. Lorsqu'il est abattu, son bras droit, Mah, est bien décidé à découvrir le traitre. Il choisit Sou pour succéder au parrain. Mais cette décision ne plait guère à Tai et à son second Jackie. Une guerre de succession s'ensuit...

 

Critique:

L'histoire derrière ce Just Heroes est connue: Chang Cheh, endettés par les échecs de ses films, reçoit un coup de main de son plus célèbre élève, à savoir John Woo, qui se propose d'éponger ses dettes par l'entremise d'un tournage vite expédié. Le cinéaste, aidé de Wu Ma, rassemble alors un casting des plus prestigieux composés de tous les anciens disciples de Chang Cheh, lesquels vont travailler gratuitement pour la bonne cause.

Aux cotés des stars David Chiang, Chen Kuan Tai et Danny Lee , on retrouve une pléthore de vedettes venues saluer le vieux maître. Respect des traditions, sens de l'honneur ("la seule règle à respecter" déclare un protagoniste) et valeurs morales élevées sont de la partie, même si les cinéastes présentent l'univers mafieux sous un jour assez favorable. Du moins jusqu'au final où David Chiang interroge un apprenti criminel et lui demande, devant des dizaines de cadavres ensanglantés, si c'est là l'avenir qu'il souhaite.

L'intrigue, elle, est basique à souhait. On peut y voir des similitudes avec les drames de Shakespeare mais, en fait, le scénario use de figure mille fois vues: à la mort d'un chef de clan, ses "enfants" s'entretuent pour prendre la direction des affaires. De nombreux personnages secondaires viennent compliquer la donne et on doit hélas subir un novice mafieux qui rêve d'être le Chow Yun Fat du Syndicat du Crime. Son imitation et ses références aux polars de John Woo est amusante au départ mais gave très vite, d'autant que chacune de ses apparitions est propice à un humour vraiment pas très subtil.

Les caractères des multiples personnages sont esquissés à gros traits et les circonvolutions de l'histoire demeurent fort prévisibles. Les séquences dramatiques sont assez lourdes et ne parviennent pas vraiment à émouvoir, grevées par une certaine naïveté qui confine parfois au risible. La musique n'est pas non plus terrible et le rythme patine un peu au milieu du métrage.

Le film est donc bourré de défauts mais, malgré ses nombreux handicaps, Just Heroes demeure un divertissement acceptable. Les scènes d'action, assez rares, sont bien menées et le final constitue un carnage franchement époustouflant qui démontre tout l'art de John Woo. Quoique classique, le scénario n'est pas mauvais et le spectateur se laisse porter sans effort par une intrigue qui cultive correctement son petit suspense. Quelques passages dialogués s'avèrent efficaces et il est toujours agréable de voir autant de stars rassemblées. Même si nous sommes loin du chef d'oeuvre, l'ensemble tient la route et s'assume comme un simple divertissement plutôt bien troussé.