LE TIGRE DE JADE

Titre: Bai Yu Lao Hu
ou: The Jade Tiger
Réalisateur: Chu Yuan
Interprètes: Ti Lung (Zhao Wu-Ji)

 

Yueh Hua (Tang Ao)
Lo Lieh (Tang Chueh)
Ku Feng (Shangguan Ren)
Lily Li (Zhao Qian-qian)
Hsiao Yao (la fiancée de Zhao Wu-ji)
Derek Yee (Tang Yu)
Année: 1977
Genre: Wu Xia Pian / Espionnage
Pays: Hong Kong
Editeur Wild Side
Violence: * *
Erotisme: * *
Suite:  

75%

Résumé:

Le chef du clan Zhao est assassiné par un traître nommé Sahngguan Ren le jour du mariage de son fils. Ce dernier, Zhao Wu-ji est forcé de le venger et remonte la piste. Infiltré après bien des péripéties dans le clan adverse, les Tang, le jeune homme apprend que son père s'est donné la mort volontairement. Une directive secrète, cachée dans une statuette représentant un tigre de jade blanc rement sa mission en question.

 

Critique:

Le Tigre de Jade est une adaptation du roman homonyme de Gu Long (ou Ku Lung), écrivain prolifique du Wu Xia qui signa des dizaines d'oeuvres martiales et policières au cours de sa courte vie (1937 - 1985). Le scénario est tortueux à souhait et les personnages sont dotés de facettes multiples. Le début du film présente les bons et les méchants de manière assez classique. D'un coté Wu-ji, représentant du clan Zhao, épargne un adversaire lors d'un duel.

De l'autre Yu, du clan Tang, sacrifie plusieurs de ses hommes pour gagner la confiance de son ennemi. Ensuite, les cartes sont brouillées. Wu-ji découvre la compassion, l'amitié et l'amour eu sein du clan ennemi, lequel l'accueille à condition que son "épée ne soit pas tâchée de leur sang".

Plus terrible encore, le jeune homme comprend que son clan utilise les mêmes techniques (tromperies, traîtrises, sacrifice absurde commandité par un chef auquel il convient d'obéir aveuglément par delà la mort) que les ennemis. Au final, Zhao Wu-ji se retrouve seul: sa famille a été décimée et ses amis sont mort pour accomplir une vengeance dont il doute même de la légitimité.

A un homme satisfait du clan Zhao, Wu-ji désigne une pièce remplie de tablettes funéraires: "penses-tu vraiment que nous sommes victorieux?" dit-il. Au milieu des membres défunts du clan se trouvent son épouse et le frère de celle-ci, appartenant au clan Tang. Morts, eux aussi, sans véritable raison. Désabusé, Zhao Wu-ji finira par se retirer du monde, délaissant les intrigues et les complots des clans adverses, rongés par une haine dont ils ignorent sans doute l'origine. Le poids des traditions, des histoires de familles et des vilénies passées pèsent à ce point sur les épaules des héros qu'ils semblent incapables d'échapper à un destin implacable. Comme dans une tragédie antique, rien ne viendra arrêter la mécanique infernale et aucun efforts ni pardon ne sera suffisant: au bout du compte la violence triomphe et ne profite à personne.

Les rebondissements se succèdent, certains peu crédibles ou vraiment énormes, mais cette profusion de coups fourrés et de retournements de situation permet au spectateur de ne jamais s'ennuyer. Film martial noir et nihiliste, entre aventures, thriller et espionnage, Le Tigre de Jade est une belle réussite entrecoupée de combats efficaces et bien rythmé. Mais l'important réside dans le scénario tortueux, la beauté des décors de studio et la description des personnages, tous bien typés et riches, loin des stéréotypes habituels du Wu Xia héroïque.