INFERNAL AFFAIRS 2

Titre: Wu Jian Dao 2
ou: Infernal Affairs 2
Réalisateur: Andrew Law & Alan Mak
Interprètes: Anthony Wong

 

Edison Chen
Shawn Yu
Eric Tsang
Carina Lau
Francis Ng
 
Année: 2002
Genre: Polar
Pays: Hong Kong
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: *
Suite: Infernal Affairs 3

80%

Résumé:

Hong Kong, 1991. Chen Ying Yan est choisi pour s'infiltrer dans la police et Lau Kin Ming dans les triades…L'inspecteur Wong et le mafieux Sam se livrent, parallèlement, à une véritable guerre des nerfs.

Critique:

Situé dix ans avant le premier volet, cette préquelle s'oriente sur la jeunesse des deux personnages, joués par Tony Leung et Andy Lau, des rôles ici repris, respectivement, par Shawn Yu et la pop-idol Edison Chen.

Plus complexe à suivre, plus axé sur l'aspect dramatique, INFERNAL AFFAIRS 2 s'éloigne de la trame relativement simple - mais redoutablement efficace - de l'épisode 1 en multipliant les relations unissant de nombreux personnages aux facettes multiples. Les cinéastes sont sans doute sous l'influence de Francis Ford Coppola et leur grande saga mafieuse, pleine de trahisons, de retournements de veste et de coups fourrés, n'est pas sans rappeler la trilogie du PARRAIN. La suite d'assassinats présentés par les cinéastes lorgne d'ailleurs vers les passages célèbres ou "la famille Corléone règle ses comptes" à l'issue des différents volets de Coppola.

La mise en scène se met fort habilement au service de l'histoire et opte pour un classicisme éprouvé, épurée des effets "mode" de Andrew Law, pour illustrer avec une certaine classe les nombreuses scènes fortes, soutenues par une musique mélancolique parfaitement adaptée, elle aussi, au sujet traité.

Pour un métrage centré sur les personnages, il était nécessaire que ceux-ci soient bien développés (évitant ainsi le schématisme des rôles féminins secondaires du premier volet) et, heureusement, la profondeur psychologique de chacun est suffisamment creusée pour que le spectateur reste accroché aux méandres d'une intrigue parfois un peu difficile à suivre. Les interprètes sont, eux aussi, très à l'aise et pleinement convaincants. INFERNAL AFFAIRS 2 constitue, au final, une belle réussite qui prend le pari (risqué!) de proposer une intrigue, une structure et des personnages principaux différents du premier film tout en formant un tout cohérent.

Qu'INFERNAL AFFAIRS 2 se hisse à la hauteur du 1, qu'il se situe juste en deçà ou même qu'il lui soit supérieur (selon les avis et les sensibilités de chacun) est finalement une question accessoire, l'important étant qu'il s'agit avant tout d'un grand film qui se voit - et se revoit - avec plaisir!