L'HONNEUR DU DRAGON

Titre: Tom Yum Goong
ou: The Protector / The Warrior King
Réalisateur: Prachya Pinkaew
Interprètes: Tony Jaa

 

Petchtai Wongkamlao
Xing Jing
Nathan Jones
Johnny Tri Nguyen
 
 
Année: 2005
Genre: Action / Arts Martiaux
Pays: Thailande
Editeur
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite:  

50%

Résumé:

Kham quitte la Thailande pour retrouver ses éléphants, enlevés par de méchants trafiquants. Il aboutit à Sidney où il commence son enquête.

Critique:

L'HONNEUR DU DRAGON (encore une traduction bien conventionnelle, à croire qu'il faille caser le mot "dragon" dans le titre de tous les films de fights venus d'Asie!) constitue le successeur de ONG BAK, réalisé deux ans plus tôt par la même équipe. Malheureusement, cette nouvelle livraison semble n'avoir retenu que les plus mauvais côtés du film précité qui, en dépit de ses flagrants défauts, avait renouvellé le cinéma martial alors en complète stagnation.

Pour parler clairement, L'HONNEUR DU DRAGON est un monstrueux film d'action mais, hors des scènes de combats, le tout flirte dangereusement avec le zéro absolu. Concentré d'affrontements d'un niveau hallucinant et d'une rare brutalité, le métrage accumule les passages anthologiques durant plus de la moitié du temps de projection. Ces cascades et combats sont d'ailleurs tellement poussés que le spectateur éprouve une certaine difficulté à y croire, même si Jaa se passe de tout artifice. Quelle énergie, quelle baffe, y compris dans le plan séquence de cinq minutes au cours duquel Tony Jaa dégomme un maximum de vilains pas beaux en référence à Bruce Lee.

Mais si l'amateur ne se sentira pas floué au niveau martial, il risque par contre de déchanter devant l'intrigue d'une nullité absolue. Pas le moindre enjeu, pas la moindre progression dramatique: Tony Jaa se ballade et rencontre à chaque coin de rue une personne capable de le mener au point suivant de sa quête. Sidney doit être un bled puisque tout le monde se connaît! L'acteur lance alors sa réplique favorite, à rendre jaloux tous les Van Damme et Chuck Norris de la création, le monumental "Où sont mes éléphants?". A force de répétition la phrase acquiert un potentiel comique certain au point qu'il devient difficile de garder son sérieux devant un scénario lui aussi d'une lourdeur…pachydermique!

Si Jaa possède un minimum de charisme (son jeu étant rudimentaire!), le reste de la distribution ne peut sauver les meubles puisque les personnages ne servent strictement à rien: comme dans un jeu vidéo ils semblent surgir d'un paté de maison pour venir prendre une raclée avant de retourner au néant.

En dépit d'un budget bien plus conséquent, L'HONNEUR DU DRAGON échoue donc à retrouver le charme de ONG BAK et se révèle nettement moins fun que BORN TO FIGHT, ce-dernier assumant complètement son côté "actioner décérébré" alors que Tony Jaa et sa clique s'emmêlent les pinceaux avec leur volonté de pure action et leurs considérations écologiques lourdingues.

L'humour, parfois volontaire, tombe le plus souvent à plat mais l'incroyable stupidité du script offre quand même un paquet d'occasions de s'amuser. La scène de l'aéroport entre Tony Jaa et Jackie Chan s'apparente à un passage à témoin…mais évidemment il ne s'agit pas du vrai Jackie, simplement d'un sosie pas très ressemblant. D'où une inévitable comparaison avec la scène entre The Rock et le vrai Schwarzy dans WELCOME TO THE JUNGLE.

Pour ne rien arranger la musique est d'une médiocrité sans égale, sorte d'électro bas de gamme aux sonorités cheap à pleurer, emplie de boum-tchak datés depuis le début des années 80, elle s'avère incapable de donner le moindre punch à de film.

En tant que démonstration martiale (muay-thai, capoeira, kung fu, catch, etc.), le résultat est satisfaisant mais, pour une authentique œuvre cinématographique (laquelle suppose un minimum de savoir-faire), L'HONNEUR DU DRAGON est indigne de la pire série Z ninja de la Cannon.

Seul le montagne semble un peu plus maîtrisé que dans ONG BAK (car ce n'est pas encore parfait, loin de là!) en évitant par exemple de répéter trois fois la même cascade pour en mettre plein les yeux au spectateur. Mais cela ne suffit pas à sauver les meubles! Même si le prochain film de Tony Jaa sera attendu avec une impatience grandissante par tous les fans de cinéma d'action, cet HONNEUR DU DRAGON constitue une indéniable déception.