HOLY FLAME OF THE MARTIAL WORLD
Titre: Holy Flame of the Martial World
Réalisateur: Tony Liu Jun Guk
Interprètes: Philip Kwok (Phantom)

 

Max Mok ( Wan Tien Sau)
Yeung Jing Jing (Dan-fung)
Jason Pai Piao (Monster Yu)
Lau Suet Wah (Jing Yin)
Elvis Tsui
 
Année: 1984
Genre: Wu Xia Pian / Fantasy
Pays: Hong Kong
Editeur Celestial
Violence: * * *
Erotisme: * *

85%

Résumé:

Une arme légendaire dénommée la Flamme Sacrée des Arts MArtiaux est convoitée par Sept Grands Maîtres. Pour s'en emparer, ils massacrent un couple innocent dont les enfants sont néanmoins épargnés. Dix huits ans plus tard, le fils et la fille des combattants assassinés décident de se venger.

Critique:

La riposte de la Shaw Brothers au triomphe de Zu - Warriors From The Magic Mountain constitue une véritable expérience qui se vit plus qu'elle ne se décrit. Selon les sensibilités, ou simplement son humeur ou les substances ingérées avant la projection, on peut adorer ou détester ce délire coloré mené à cent à l'heure.

L'intrigue est classique: deux orphelins sont élevés par des clans rivaux, manquent de s'affronter en duel et finissent par se réconcilier pour une vengeance longtemps différée. Bref, pas de quoi révolutionner l'art dramatique. Mais le propos est ailleurs et l'important réside dans la véritable frénésie bigarrée qui anime ce délire assez irrésistible.

Le spectateur n'a, en tout cas, jamais le temps de souffler. Les protagonistes, vêtus de costumes aux couleurs criardes, se battent durant 80 minutes en usant et abusant des effets les plus spéciaux.

Il ne s'agit donc pas d'un film martial classique puisque tous les combats se déroulent en apesanteur, dans des positions impossibles et par la grâce de dizaines de câbles.

Pas question de rigueur ici, place à des guerriers affrontant des créatures animées, sorties d'une peinture, qui les attaquent la tête en bas. Place aussi à une vierge lançant des éclairs d'énergie par le doigt! Sans oublier un Grand Maître qui tue ses adversaires par son rire, des duels contre des fantômes dessinés, des pouvoirs intérieurs capables de faire exploser un corps ou de le transformer instantanément en squelette, etc.

On note aussi les bastons entre le héros et des caractères chinois doués de vie (!), un clan de suceurs de sang aimant sacrifier de jolies pucelles, un démon en collant vert réanimé par les méchants, des duels en tapis volant, etc. En bref, cela n'arrête jamais et il s'agit de bien se caler dans son fauteuil pour profiter au maximum de ce spectacle totalement délirant. Recommandé!