2 HEROS

Titre: Heroes Two
ou: Ceintures Noires contre Kung Fu
Réalisateur: Chang Cheh
Interprètes: Chen Kuan Tai

 

Fu Sheng
Fang Hsin
Wang Ching
 
 
Année: 1973
Genre: Kung Fu Pian
Pays: Hong Kong
Editeur Wild Side
Violence: * *
Erotisme: *
Suite:  

70%

Résumé:

Après la destruction du monastère de Shaolin, les rebelles fuient, traqués par les Mandchous. Hung Si Kuan, un des patriotes chinois, va croiser le chemin de Fang Shih Yu, un expert en arts martiaux. Ce dernier, trompé et manipulé, livre Hung à ses ennemis, qui décident de le décapiter. Fang Shih Yu n'aura de cesse de se racheter.

Critique:

2 Héros est une petite production assez mineure dans la filmographie du plus célèbre réalisateur martial de son temps. L'intrigue, tout d'abord, ne brille guère par son originalité, l'opposition entre les Chinois et les Mandchous ayant déjà alimentés bien des métrages.

Les personnages sont assez classiques, également, Fu Sheng et Chen Kuan Tai récréant une nouvelle fois des héros pétris d'honneur et décidés à se battre jusqu'à la mort pour la patrie et pour l'honneur. Comme souvent, les deux acteurs vont devenir de plus en plus proches et finiront "frères" après bien des péripéties. Malgré ses faiblesses, l'ensemble est pourtant relativement agréable à suivre.

Au niveau esthétique, la photographie est belle et les décors de studios bien utilisés, tout comme les extérieurs. Mais à ce niveau l'ensemble manque sans doute un peu de flamboyance et s'avère un peu décevant, voire un peu pauvre comparé à la grandeur de certaines productions Shaw de la même époque. Le récit, pour sa part, démarre rapidement et multiplie les combats avec une certaine énergie.

On note malheureusement une grosse baisse de rythme à mi-film, alors que Hung est prisonnier de ses ennemis et enchaînés à un mur de pierre. Ses amis creusent alors un tunnel pour le délivrer. Tout ça n'est pas vraiment passionnant, ni même très crédible, mais Chang Cheh rattrape le tout par un dernier quart d'heure fort bien menés. Servi par les chorégraphies de Liu Chia-liang, très réalistes et old school mais assez nerveuses, le cinéaste se lance dans un final dont il a le secret. Autant dire que les combattants tombent comme des mouches et que le sang (très très rouge!) gicle de partout.

Bizarrement les séquences les plus gore sont pudiquement voilée par un filtre rouge sombre, lorsqu'elles ne sont pas escamotées au profit d'un écran entièrement écarlate. Un effet pas très joli mais ce défaut esthétique est contrebalancé par la brutalité des duels. Les combattants y meurent souvent de manière théâtrale mais c'est une caractéristique du genre et on ne peut donc pas vraiment considérer cela comme un bémol.

En résumé, 2 Héros saura plaire aux amateurs de kung fu old school et de fresque héroïque de qualité, même si Chang Cheh a déjà fait mieux. Tout comme la Shaw Brothers, d'ailleurs.