HEAVEN SWORD AND DRAGON SABRE - PART 2

Titre: Heaven Sword And Dragon Sabre - Part 2
ou: Kei Tin Tiu Lung Gei Daai Git Guk
Réalisateur: Chu Yuan
Interprètes: Derek Yee

 

Candice Yu
Candy Wen
Chan Ga Yee
Cheng Li
Lo Lieh
Norman Chu
Année: 1978
Genre: Wu Xia Pian / Fantasy
Pays: Hong Kong
Editeur Celestial
Violence: * * *
Erotisme: *
Suite: The Hidden Power of Dragon Sabre

60%

Résumé:

La quête de Heaven Sword et du Dragon Sabre, les armes les plus redoutées du monde des arts martiaux, se poursuit et différents clans tentent de s'en emparer.

Critique:

Le premier HEAVEN SWORD AND DRAGON SABRE se "concluait" par une fin ouverte qui laissait les personnages en mauvaises postures. Quoi de plus logique, par conséquent, que le second volet débute exactement au même point, après un rapide récapitulatif. Ce dernier est si confus que le spectateur n'ayant pas vu le précédent volet n'y comprendra certainement rien. Mais, celui qui a visionné l'épisode 1 ne comprendra de toutes façons pas grand-chose non plus.

Dans un esprit très serial, Chu Yuan multiplie les intrigues, livre une poignée de révélations, relance l'intérêt par un nouveau personnage, un piège tordu ou une situation périlleuse. On y découvre ainsi Lo Lieh dans le rôle d'un grand maître aveugle à la chevelure léonine surnommé très justement King Lion.

Les décors de studios sont magnifiques, avec ce subtil équilibre entre beauté et kitsch plus ou moins assumés, conférant au métrage un look splendide qui rivalise (et surpasse parfois) avec les plus grandes réussites du cinéastes. Bien sûr, certains décors ressemblent réellement à ce qu'ils sont (des décors pour ceux qui ne suivent pas!) mais cela confère un certain cachet à l'œuvre et ce point là n'est pas franchement gênant, sauf pour les allergiques à la poésie onirique d'un univers fantastique recréé de toutes pièces.Un même soin a été porté aux costumes aux couleurs éclatantes et à la photographie des plus travaillées.

Pourtant, malgré ces efforts, la mécanique semble enrayée. Chu Yuan a beaucoup de mal à condenser son intrigue (inspirée par un roman de Jin Yong qui donna naissance à plusieurs séries télé et au bancal EVIL CULT avec Jet Li), même sur durée conséquente puisque les deux volets de ce diptyques constituent en définitive un seul long métrage de trois heures. HEAVEN SWORD AND DRAGON SABRE 2 maintient pourtant un certain rythme et s'avère moins ennuyeux que le premier volet, jouant la carte de l'action trépidante. Avec pour inévitable corollaire un scénario encore plus confus.

Les différentes séquences s'enchaînent donc benoîtement, parfois sans que l'on comprennent bien les transitions de l'une à l'autre, et l'intrigue évolue au petit bonheur la chance. Chu Yuan ne se soucie pas vraiment de ses personnages et ceux-ci sont véritablement réduits à des archétypes figés n'ayant pas changé d'un iota depuis le premier film.

Heureusement les combats sont nombreux mais quantité n'est pas nécessairement synonyme de qualité, une affirmation qui se vérifie au cours de la projection. Pour palier aux manques physiques de ces acteurs, le cinéaste utilise une alternance très classique de plans larges et de gros plans.Dans les premiers, des cascadeurs effectuent moult pirouettes et dans les seconds, les vedettes du studio accomplissent quelques mouvements très simples. Le procédé est assez grossier et pas vraiment convaincant. Pas plus que la technique particulière de Derek Yee, lequel peut se "téléporter" à la manière de Nightcrawler dans X-MEN 2. Mais sans les effets spéciaux. On voit donc l'acteur donner un coup, disparaître et réapparaître plus loin afin de frapper un autre adversaire. L'usage des substitutions, directement hérité du cinéma muet et de Méliès, laisse un peu songeur et il faudra pousser le contrôle de la suspension d'incrédulité au maximum pour admettre des passages aussi…archaïques!

En résumé, HEAVEN SWORD AND DRAGON SABRE 2 se situe un cran au-dessus du premier film mais s'avère trop bancal, décousu et inutilement complexe pour passionner vraiment. La vision de ces deux épisodes est même un peu éreintante tant les nombreux défauts se révèlent gênant. Chu Yuan a réalisé de nombreux films largement supérieurs à celui-ci (à commencer par INTIMATE CONFESSIONS OF A CHINESE COURTESANE, LA GUERRE DES CLANS, LE COMPLOT DES CLANS, LE TIGRE DE JADE, etc.).

Malgré tout le respect que l'on doit à un des plus grands réalisateurs de la Shaw Brothers, il faut avouer que l'on ressort profondément déçu de ce diptyque à la réputation enviable. Quoique plus rythmé et distrayant que la première partie, ce HEAVEN SWORD AND DRAGON SABRE 2 n'est donc qu'une oeuvrette assez ennuyeuse sauvé du ratage complet par une poignée de scènes plus intéressantes. Le tout se laisse donc voir mais disparaît rapidement des mémoires.

Le troisième volet, réalisé bien plus tard, est pour sa part beaucoup plus sympathique à défaut de convaincre complètement.