HEAVEN SWORD AND DRAGON SABRE

Titre: Heaven Sword And Dragon Sabre
ou: Kei Tin Tiu Lung Gei
Réalisateur: Chu Yuan
Interprètes: Derek Yee

 

Candice Yu
Candy Wen
Yuen Wah
Norman Chu
 
 
Année: 1978
Genre: Wu Xia Pian / Fantasy
Pays: Hong Kong
Editeur Celestial
Violence: * * *
Erotisme: *
Suite: Heaven Sword And Dragon Sabre - Part 2

55%

Résumé:

Différents clans tentent de s'emparer de deux épées légendaires jadis forgées par un maître des arts martiaux.

Critique:

Grande fresque martiale orientée vers la Fantasy, la saga HEAVEN SWORD AND DRAGON SABRE bénéficie d'une bonne réputation auprès des amateurs. Malheureusement, au-delà de l'aspect mythique ce cette série, la vision du premier film s'avère une véritable déception.

Le premier problème réside dans l'aspect quasi incompréhensible d'un scénario tortueux à l'extrême. Dans les grandes lignes, le spectateur suit les périples de l'épéiste Cheung Mo-Kei, victime d'une technique vicieuse dans sa jeunesse et à présent condamné à longue échéance. Son parrain, surnommé le Roi Lion d'Or est en possession du Dragon Sabre, l'arme la plus puissante et redoutée du monde des arts martiaux. Mais il se lance à la poursuite d'une épée jumelle, la Heaven Sword, car la combinaison des deux armes révèlerait un secret bien gardé.

Voilà pour la trame générale d'un film asse peu compréhensible, qui multiplie les retournements de situations, les alliances trahies et les personnages fourbes. Chu Yuan pousse les principes de ses Wu Xia Pian précédents dans leurs derniers retranchements et accouche d'une œuvre visuellement superbe mais indéniablement ennuyeuse à bien des égards.

Heureusement, le budget est présent et le savoir-faire de la maison Shaw transparaît dans la qualité des costumes et des décors, en dépit d'un coté artificiel à demi assumé. Certaines séquences sont superbes et témoignent d'un véritable talent artistique et même pictural, tant chacun des plans s'apparentent à une succession de tableaux colorés de grande qualité. Dommage que l'intrigue définitivement incompréhensible risque de larguer en route la majorité des spectateurs.

Les combats étant moins nombreux que dans la moyenne des productions Shaw Brothers et, du reste, assez moyens, HEAVEN SWORD AND DRAGON SABRE se révèle en définitive plutôt ennuyeux. Ses excès de gigantisme laissent peu de liberté aux pauvres acteurs, réduits ici à des pantins sans épaisseur.

Loin en deçà des grandes réussites de Chu Yuan, ce diptyque bigger than life apparaît rétrospectivement comme une grosse baudruche voulue fastueuse mais finalement assez kitsch et indigeste.