GUINEA PIG: MERMAID LIVE INSIDE THE MANHOLE

Titre: Za ginipiggu 4: Manhoru no naka no ningyo
ou:  
Réalisateur: Hideshi Hino
Interprètes: Shigeru Saiki

 

Mari Somei
Masami Hisamoto
Tsuyoshi Toshishige
 
 
Année: 1988
Genre: Horreur
Pays: Japon
Editeur  
Violence: * * * *
Erotisme: *
Suite:  

50%

Résumé:

 

Critique:

La saga GUINEA PIG se distingue par des scénarios minimalistes mais MERMAID IN A MANHOLE fait exception avec une intrigue beaucoup plus construite. Il développe une étrange relation entre un artiste peintre un peu zarbi (joué par Shigeru Saiki) et une belle sirène (Mari Somei) échouée dans les égouts. Mais la fille des océans est blessée et malade, ce qui pousse le peintre à la ramener chez elle (personne ne semble le voir accomplir cette délicate opération mais la série n'a jamais été très portée sur la vraisemblance). Installée dans la baignoire, la sirène dépérit et son corps se couvre de tumeurs purulentes. Mais les voisins commencent à soupçonner la situation de ne pas être très nette.

MERMAID IN A MANHOLE est souvent considéré comme le plus abouti des GUINEA PIG, si ce n'est le meilleur. Pourtant, il faut avouer que l'on ressort de la projection relativement déçu. Le sentiment dominant est ici la souffrance, la tristesse et l'horreur. Profondément glauque et répugnant, ce moyen métrage distille, une heure durant, une véritable atmosphère de cauchemar. Mais on peut également trouver le temps long et regretter que l'histoire se déroule selon une progression classique, jusqu'au final également attendu.

Bref, une œuvre certes forte et secouant mais également ennuyeuse et décevante, à l'image de cette surestimée série des GUINEA PIG.