GUINEA PIG 2 - DEVIL'S EXPERIMENT

Titre:

Za Ginipiggu - Akuma no jikken

ou: Guinea Pig - Unabridged Agony
Réalisateur: Hideshi Hino
Interprètes:  

 

 
 
 
 
 
 
Année: 1985
Genre: Horreur / gore pseudo snuff
Pays: Japon
Editeur Neo Publishing
Violence: * * * * *
Erotisme: *
Suite: Guinea Pig 2 - Flowers of Flesh and blood

65%

Résumé:

Trois hommes capturent une jeune femme et la torture jusqu'à la mort

Critique:

Le premier moyen métrage de la saga Guinea Pig, intitulé Devil's Experiments ou Unabridged Agony, est sûrement un des métrages simulés les plus proches d'un snuff movie. Au niveau de l'ignoble et de la gratuité, il ne souffre d'aucune comparaison, à l'exception probable des "film" (!!!) de Fred Vogel, la série des August Underground.

Ce premier épisode nous montre la longue séance de torture subie par une jeune femme. Ses trois ravisseurs ne seront pas vraiment montrés, ils se limitent à des silhouettes rieuses. Un carton est intercalé entre les différentes épreuves que va traverser la demoiselle avant sa mort. Elle est d'abord attachée à une chaise et giflée. Les tortionnaires se relaient jusqu'à ce que son visage soit couvert de plaies, au bout de plus de 100 coups portés (un compteur est indiqué). Ensuite, elle va être mise à genoux et frappée à coup de pieds. Le supplice suivant voit la jeune fille avoir la peau prise dans des pinces. Puis elle est de nouveau ligotée à sa chaise et les bourreaux la font tourner, tandis qu'elle doit avaler une bouteille d'alcool.

Elle finit par vomir abondamment. Ensuite vient le son: un casque est posé sur ses oreilles et on lui envoie des sons discordants à plein volume. Au bout de 5 heures, la demoiselle hurle sans discontinuer mais l'épreuve n'est pas terminée. Au bout de 10 heures elle sombre dans une sorte de folie et, au bout de 20 heures, elle n'est plus qu'une sorte de loque qui bave. La suite continue par des jets d'huile bouillante sur le corps et autres joyeusetés avant que la fille ne soit tuée par une aiguille plantée dans l'œil.

Guinea Pig n'a pas de scénario, pas de véritable mise en scène et très peu de construction dramatique. Il s'agit simplement d'une suite d'atrocités à la fois fascinantes (que vont-ils pouvoir inventer pour surpasser la précédente torture) et lassantes. Heureusement le tout ne dure que 45 minutes car Guinea Pig laisse une curieuse impression de malaise et s'avère une sorte d'expérience limite que l'on peu - ou pas - avoir envie de vivre.