LE RETOUR DE L'HIRONDELLE D'OR

Titre: Golden Swallow
ou: Hsia yu-yen
ou: The Girl With the Thunderbolt Kick
Réalisateur: Chang Cheh
Interprètes: Cheng Pei Pei

 

Jimmy Wang Yu
Lo Lieh
Chiu Sam Yin
Wu Ma
Ku Feng
Hsia Hsu
Année: 1969
Genre: Wu Xia Pian
Pays: Hong Kong
Editeur Wild Side
Violence: * *
Erotisme: *
Suite:  

75%

Résumé:

 

Critique:

Gros classique réputé signé Chang Cheh, LE RETOUR DE L'HIRONDELLE D'OR se montre à la hauteur de sa réputation et propose un spectacle barbare, gorgé d'héroïsme jusqu'à l'absurde. Niveau outrances et violences, le cinéaste ne fait pas dans la dentelle et se permet des excès impossibles qui frisent régulièrement le ridicule mais parviennent à y échapper de part la conviction inébranlable de l'équipe. La scène clé est, à ce niveau, sans hésiter celle où un héros s'offre lui-même en holocauste et finit couper en deux par une guillotine. De la belle débauche sanglante n'ayant rien à envier aux atrocités écarlates commises peu avant par Hershell "Gore Don" Lewis.

Les chorégraphies, pour leur part, n'ont rien de transcendant, elles sont mêmes parfois un peu pataudes et dépassées mais qu'importe puisque l'énergie est bien présente et que la caméra de Chang Cheh ne perd pas une seule goutte du sang largement répandu. Nous ne sommes clairement pas dans la même catégorie que L'HIRONDELLE D'OR premier du nom, Chang Cheh ne cherchant pas à rivaliser avec King Hu mais plutôt à pulvériser les conventions antérieures du Wu Xia Pian en plaçant la belle épéiste en retrait pour donner le premier rôle à sa star, Jimmy Wang Yu. Nul surprise donc en constatant que ce RETOUR DE L'HIRONDELLE D'OR soit finalement plus proche des thématiques vues dans UN SEUL BRAS LES TUA TOUS que de celles proposées par King Hu.

Chang Cheh se laisse donc aller à filmer les affrontements au cœur de la mêlée, plongeant dans le maelstrom caméra à l'épaule, donnant à sa mise en scène toute l'ampleur et la rage (du tigre évidemment!) nécessaire à assurer un spectacle virevoltant et enthousiaste. On pardonnera donc les menues approximations et facilités pour louer cette réalisation pleine de punch, de bruit et de fureur!

Niveau scénario, ce n'est évidemment pas une intrigue très complexe mais le spectateur est néanmoins tenu en haleine. Si les trois personnages principaux manquent incontestablement un peu d'épaisseur, l'interprétation est à la hauteur, à condition évidemment d'apprécier les pauses très viriles de Jimmy "je fais le malin" Wang Yu. Les décors de studios sont bien exploités, tout comme les très beaux extérieurs qui lui confèrent une grâce et une majesté vraiment impressionnante, parfois proche du Western ou du chambarra, deux références évidentes qui éloignent le métrage des Wu Xia Pian antérieurs, plus théâtraux et romantiques, plus portés sur les références "lettrées" aussi.

Chang Cheh, sans vouloir singer King Hu, cherche encore un peu son style mais il est clair que toutes les thématiques et obsessions du cinéastes (entre autre sa violence et sa mise à l'écart de plus en plus marquée des personnages féminins - au point que plusieurs de ses titres de gloire seventies se passeront totalement de la moindre représentante du beau sexe) sont déjà présentes et largement développées dans ce Wu Xia matriciel.

Bref, LE RETOUR DE L'HIRONDELLE D'OR se montre à la hauteur de sa réputation et constitue un bon grand spectacle de kung fu qui ne cherche pas à s'élever au-delà de ses ambitions initiales (action avant tout) mais qui ne se moque jamais de son public.