GODZILLA CONTRE MECHAGODZILLA

Titre: Godzilla Vs. the Bionic Monster
ou: Gojira Tai Mekagojira
Réalisateur: Jun Fukuda
Interprètes: Daimon Masaaki

 

Hirata Akihiko
Koizumi Hiroshi
Sahara Kenji
Kishida Shin
 
Année: 1972
Genre: Kaizu Eiga
Pays: Japon
Editeur Aventi
Violence: * *
Erotisme: *
Suite: MechaGodzilla contre attaque

50%

Résumé:

Des extra-terrestres construisent un Godzilla mécanique pour conquérir le monde. Mais le vrai Roi des Monstres veille!

Critique:

Un Godzilla des seventies, donc forcément très naïf, avec tous les ingrédients bis espérés, comme la chanson qui va réveiller le monstre King Seeser de sa retraite méritée.

Le scénario, lui, est archi-convenu: des extra-terrestres utilisent Godzilla pour conquérir le monde mais, rapidement, il apparaît qu'il ne s'agit pas du vrai roi des monstres mais bien d'un homologue cybernétique. Le savant l'appelle tout de suite Mecha-Godzilla, ce qui est bien pratique car dès ce moment chacun va le nommer ainsi, y compris les méchants aliens qui parlent japonnais bien sûr.

Plus que jamais Godzilla ressemble ici à une grosse peluche à la Casimir et il est vraiment regrettable que les cinéastes n'aient pas un minimum cherché à soigner son look. La version Mecha, elle, est beaucoup plus impressionnante, ce qui compense l'aspect raté du King Caeser qui est loin d'avoir une prestance royale. Notons aussi une brève apparition d'Anguillius, tué par le Mecha dès le début de l'intrigue.

Dommage aussi que le Roi des Monstres intervienne finalement si peu, la plupart du métrage étant occupé par de peu passionnantes discussions aux dialogues complètement stupide. Toute cette partie est franchement ennuyeuse et bien longuette, quoique non dépourvue d'un certain charme, grâce, par exemple, à la pipe en métal - un gadget digne de James Bond - qui va sauver les humains.

Les scènes de catch sont, dans l'ensemble, satisfaisantes et même plus brutales que la moyenne, les monstres saignant abondamment au cours de leurs bastons. De leur côté, lorsque les aliens meurrent ils retrouvent leur aspect initial, avec des masques ridicules provenant sans doute des maquillages ratés refusés sur LA PLANETE DES SINGES.

Définitivement naze mais amusant au second degré.

Au final ce premier duel entre Godzilla et sa Némesis MechaGodzilla (qu'il affrontera à de nombreuses reprises et bénéficie d'une forte popularité auprès des fans à l'image de Ghidorah) est un honnête divertissement pour soir de pluie mais ne vous laissera surement pas de grands souvenirs.