THE GINGKO BED

Titre: Eunhaengnamoo chimdae
ou:  
Réalisateur: Kang Je-Gyu
Interprètes: Suk-kyu Han

 

Hee-kyung Jin
Sun-kyung Kim
Beom-su Lee
Hye-jin Shim
Hyeon-jun Shin
Année: 1996
Genre: Fantastique / Aventures / Horreur / Fantasy
Pays: Corée
Editeur  
Violence: * * *
Erotisme: * *
Suite: The Legend of Gingko

50%

Résumé:

Un artiste nommé Su-Hyun, professeur de dessin, subit des rêves bizarres hantés par une femme nommée Mi-Dan. Le jeune homme entre ensuite en possession d'un lit mystérieux, sculpté dans du gingko, qui va déchaîner une série d'événements tandis que la réincarnation d'un sanguinaire général tente de retrouver Mi-Dan.

Critique:

THE GINGKO BED est le premier long métrage de Kang Je-Gyu, lequel se fit plus tard connaître avec l'excellent et sous-estimé SHIRI. Ici, il nous livre une étrange décoction qui emprunte a tellement de genres qu'il est malaisé de le résumer: aventures, romance, fantasy et même quelques soupçons d'horreur.

Le scénario nous présente un artiste nommé Su-Hyun, un professeur de dessin assailli par des rêves étranges, hantés par une femme nommée Mi-Dan. Le jeune homme entre ensuite en possession d'un lit mystérieux, sculpté dans du gingko, qui va déchaîner une série d'événements tandis que la réincarnation d'un sanguinaire général tente de retrouver Mi-Dan.

THE GINGKO BED rappelle évidemment de nombreuses histoires à base d'objet maléfique (on pense particulièrement au roman "Le Trone de Satan" de Graham Masterton) mais - bien sûr - de telles idées font partie du patrimoine mondial en matière de fantastique. Une intrigue assez simple, qui évolue pourtant à différentes époques, et se centre sur un petit groupe de personnages, trois pour être exact, évoluant autour du héros.

Rapide et bien mené, le métrage ne perd pas inutilement son temps dans les digressions et adopte un rythme adéquat, à la fois dynamique et parfois posé, capable de retenir l'attention du spectateur à défaut de le passionner réellement. Car, malheureusement, THE GINGKO BED semble souvent un peu ennuyeux, malgré ses réelles et indiscutables qualités visuelles et artistiques.

Projet personnel à petit budget, ce fut un grand succès en Corée, qui entraîna d'ailleurs la réalisation d'une séquelle intitulée LEGEND OF GINGKO. On aurait donc aimé en dire beaucoup de bien mais, en définitive, l'ensemble ne possède qu'un intérêt limité et disparaît rapidement des mémoires.

Si GINGKO BED mérite peut-être une petite vision, surtout par curiosité, il ne saurait en aucun cas être considéré comme une véritable réussite d'autant que l'entreprise brasse large et que, en définitive, rien ne fonctionne vraiment dans cette tambouille. Très moyen!