GHOST IN THE SHELL
Titre: Kôkaku kidôtai
Réalisateur: Mamoru Oshii
Interprètes: Atsuko Tanaka ( Voix du Major Kusanagi)

 

Akio ôtsuka ( Voix de Bateau)
Tamio ôki ( Voix de Aramaki)
Iemasa Kayumi ( Voix du Puppet Master)
Kôichi Yamadera ( Voix de Togusa)
 
 
Année: 1995
Genre: Manga SF cyberpunk
Pays: Japon / UK
Editeur  
Violence: * *
Erotisme: * *

85%

Résumé:

Une jeune et jolie femme flic cybernétique et son partenaire traque un mystérieux criminel surnommé le Puppet Master qui s'attaque aux réseaux informatiques.

 

Critique:

Un classique du manga et une grande réussite de la SF intelligente, inspirée par les oeuvres des grands écrivains des années 80 comme William Gibson ou K.W. Jeter. Les interrogations métaphysiques des personnages renvoient également, évidemment, à l'oeuvre des précurseurs comme Philip K. Dick ou même Norman Spinrad.

L'intrigue, très complexe, se développe habilement et procure un vif plaisir, malgré une complexité assez conséquente qui demande une concentration sans faille du spectateur sous peine de se perdre dans les méandres d'un véritable dédale de référence et d'idées métaphysiques. Mais on peut se laisser engloutir dans le labyrinthe des thèmes développés sans se soucier outre mesure des implications énoncées, tant la beauté sidérante des images invite à un véritable voyage initiatique dans une société futuriste qui ressemble évidemment comme deux gouttes d'eau à la notre.

L'influence de l'oeuvre de Mamoru Oshii est immense et il suffit de voir à quel point "Le Cinquième Elément" et "Matrix" ont puisé dans l'univers développé pour constater la contamination du cinéma traditionnel occidental par la japanimation naguère considéré comme une sous-culture incohérente et lassante.

Avec "Ghost In The Shell", nous tenons une pièce majeure de l'art animé de notre temps, une merveille de sophistication dont les qualités philosophiques, esthétiques et narratives dépassent de loin les oeuvres dessinées (ou computérisées) du cinéma américain.

Entrez dans le monde de l'animation adulte et suivez les androïdes lorsqu'ils rêvent de moutons électriques.