LA FUREUR DU DRAGON
Titre: Meng long guojiang
ou: Way of the Dragon
ou: Return of the Dragon
Réalisateur: Bruce Lee
Interprètes: Bruce Lee ( Tang Lung)

 

Chuck Norris ( Colt)
Nora Miao ( Chen Ching Hua)
Paul Wei Ping-Ao ( Ho)
Wang Chung Hsin ( Oncle Wang)
Unicorn Chan ( Jimmy )
Bob Wall
Année: 1973
Genre: Kung Fu
Pays: Hong Kong
Editeur  
Violence: * *
Erotisme: * *

80%

Résumé:

Un jeune combattant en arts martiaux, Tang Lung, vient à Rome pour aider sa famille menacée par une bande de truands. Tenancier d'un restaurant asiatique, Wang a bien du mal contre les exactions de la pègre. Dès son arrivée, Tang Lung se heurte à la mafia italienne mais décide de combattre le crime en apprenant aux serveurs l'art du kung fu.

Critique:

Le film est légendaire. En fait, il est bien, sans plus. Mais il possède un atout de taille: le combat entre Bruce Lee et Chuck Norris. Culte! Colossal! Anthologique! Cette seule séquence justifie la vision de l'ensemble du film.

Scénario classique et mise en scène conventionnelle ne peuvent atténuer l'impact des coups portés par la plus grande star de l'histoire des arts martiaux. Un charisme exceptionnel, un corps musclé et parfait, un physique impressionnant, un sens du combat inné et un authentique talent dramatique ont fait de Bruce Lee une star planétaire. Trente ans ont passé mais le mythe demeure intact: incountournable!

Et à part ça? De manière plus objective, La Fureur du Dragon a quand même beaucoup vieilli à de nombreux points de vue. Passons sur le scénario, aussi basique qu'invraissemblable: comment croire que la mafia se laisse ainsi humilier pendant des jours? Pourquoi les méchants ne débarquent ils pas en force et les armes à la main? Le tout manque aussi pas mal de rythme et il ne se passe pas grand chose entre les différents combats. Ceux-ci sont d'ailleurs plutôt vite expédiés: Bruce Lee se débarasse bien facilement de ses adversaires et, jusque l'arrivée de Chuck, on ne peut pas dire qu'il trouve vraiment un seul combattant à sa hauteur.

Au niveau de l'humour ce n'est pas non plus d'une grande finesse. Mais cela passe encore relativement bien, d'une part parce que les gags sont peu nombreux (ils sont surtout concentrés durant les vingt premières minutes) et d'autres part parce que cela permet une atmosphère assez détendue qui excuse quelques peu le coté peu crédible du scénario.

Bruce Lee tournait en extérieur et sans autorisation, ce qui explique les images prises à la volée, avec cet aspect un peu documentaire, sa caméra tremblottante et ses cadrages approximatifs (Lars, reviens, on tient l'inventeur du cinéma Dogme!).

Alors oui, le film ressemble aujourd'hui à une série B kung fu parmi 1000 autres au nveau de l'histoire et de la réalisation. Mais au centre de l'édifice on retrouve l'Homme, le seul, l'unique. Ce qui explique que La Fureur du Dragon reste à cent coudées au dessus des nombreux décalques et autres bruceploitation qui suivirent.
A voir...et à revoir, rien que pour les mimiques, cris et coups de nunchaku sidérants de Mr Lee.

Et le DVD? Bein, pas de bonus et une VF française en mono tout craquelée. Alors que la pire daube de Seagal a droit à un minimum d'égard ça fait de la peine quand même! Gardons l'enregistrement de la VO intégrale jadis passée sur Canal!